Contes & Légendes

Saint Martin et le diable
Le pont Valentré  
Le diable du pont Valentré
La légende de Catus 
La pierre Martine 
Légende St Namphaise
Bertheline de Mordesson
La chèvre blanche 
La fille muette 
La truffe
La naissance d'une cité
   lotoise : Figeac
L'épée de Roland 
  à rocamadour
La fée de la rivière Ouysse
Le hameau de Toulousque

Nouvelles & Histoires

L'igue de Crégols
L'enfant du Blagour
Une enfance Caillacoise
Le noël du petit roumain
La cazelle
Le dernier Conseil
Le voyage 
Les compères 
Costard 3 pièces 
Conte pour les petits enfants de Caillac 
La traite du soir
Les puits du causse
Le miracle de Berthot
Les champignons
 de Léon
Le fantôme de Belcastel
Les cerises de Gustave
Petit conte de Noël
Le centenaire de Calamane
Le martien de la combe
  de la croix
Premier jour de vacances
  à Cézac
 
Dictons & Proverbes

© QUERCY NET, 1997 - 2002

Illustration musicale
Cyrille Brotto

 

La fille muette

La filha muda

Propausat pel Sèrgi Rossèl de Cabrairets, amb l'ajuda postuma del canonge Amadèu Lemozi.

Voici le "cantique de Notre-Dame de Paillès", légende indiquant l'origine du pèlerinage de Notre-Dame de Paillès, commune de Marcilhac-sur-Célé, (Lot).

Il s'agit de la légende de la fille muette, connue également dans d'autres régions, sous des formes variables. Cette version est entièrement en occitan, avec quelques gallicismes. Nous en donnons un résumé en français.

A Paillès, près de la grotte de Bellevue, on peut voir au bord de la route une chapelle, vraisemblablement construite à la fin du XIX° siècle ou au commencement du XX°.

Il existe une carte postale ancienne, non datée, où figure, au recto, une photographie de l'intérieur de la chapelle du pèlerinage et, au verso, le texte du cantique. Actuellement, la mélodie de ce chant n'a pu être retrouvée.

 Ecrit à l'origine avec une orthographe phonétique, le texte est ici transcrit en occitan actuel.

 

Sus Marcilhac la bèla,

coma sabètz,

Se tròba una capèla

al cap del puèg.

 

L'istòria es agradeta,

la vos dirai

S'agís d'una filheta

qu'al Bon Dieu plai.

 

S'apèla Isabeleta

pòt pas parlar

"cependant" la siá maire

la fa pregar.

 

La pregaria qu'ensenha

lo chapelet,

la filheta fa signe

que l'a comprés.

 

Cada jorn Isabèla

Se'n va gardar

las fedas de son paire

de vèrs Palhièrs.

 

Un bèl jorn una femna

li apareguèt

ela foguèt pas en pena

li soriguèt.

 

Bonjorn Isabeleta,

la Dama ditz,

io soi una visita

del paradís.

 

Tu voldriás pas pichona,

mon Isabèl,

me donar una feda

del tieu tropèl ?

 

Isabèl es plus muda :

Si fèt, si fèt, Madama,

se vos volètz.

 

Tu diràs al tieu paire,

mon Isabèl :

voldriái la feda blanca

del sieu tropèl.

 

Son paire, e mai sa maire,

son plan estonats

avián lor filha muda,

ara pòt parlar.

 

Òc ben, òc ben, ma filha,

mon Isabèl

la Dama a la causida

dins ton tropèl.

 

Mon paire vos fa dire

ma maire "aussi",

que sul tropèl Madama

podètz causir.

 

E ben mon Isabèla,

anèm partir,

Tu ès la feda blanca

del paradís.

 

An trobada Isabèla,

lo lendeman,

mòrta, una letra escricha

entre sas mans.

 

Li a pas clergue, ni prèire,

ni capelan,

Que pogue prendre

la letra

qu'a entre sas mans.

 

Li a pas que lo sieu paire,

quand li foguèt

que poguèt prendre la letra,

la legiguèt.

 

Soi la Maire de Jèsus.

Me bastiretz

aicí una capèla

ont pregaretz !

Isabelle est une jeune bergère de Marcilhac.

Elle est muette, ses parents l'élèvent dans la foi catholique.

Elle garde le troupeau de brebis familial tous les jours au lieu-dit Paillès.

Un jour, une belle dame lui apparaît (c'est la sainte Vierge) et lui demande de lui donner une brebis.

Du coup la fillette est guérie et se met à parler.

Ses parents, ravis du miracle, sont d'accord pour offrir une brebis à cette dame mystérieuse.

Mais la brebis qu'elle choisit… c'est la bergère !

Le lendemain, on retrouve la fillette morte, dans la main elle serre une lettre que personne ne peut lui prendre, sauf son père.

Il la lit.

C'est un message de la sainte Vierge qui demande à ce qu'on construise une chapelle à l'endroit des apparitions.

 

 

 

Haut de la page


Quercy.net