Contes & Légendes

Saint Martin et le diable
Le pont Valentré  
Le diable du pont Valentré
La légende de Catus 
La pierre Martine 
Légende St Namphaise
Bertheline de Mordesson
La chèvre blanche 
La fille muette 
La truffe
La naissance d'une cité
   lotoise : Figeac
L'épée de Roland 
  à rocamadour
La fée de la rivière Ouysse
Le hameau de Toulousque

Nouvelles & Histoires

L'igue de Crégols
L'enfant du Blagour
Une enfance Caillacoise
Le noël du petit roumain
La cazelle
Le dernier Conseil
Le voyage 
Les compères 
Costard 3 pièces 
Conte pour les petits enfants de Caillac 
La traite du soir
Les puits du causse
Le miracle de Berthot
Les champignons
 de Léon
Le fantôme de Belcastel
Les cerises de Gustave
Petit conte de Noël
Le centenaire de Calamane
Le martien de la combe
  de la croix
Premier jour de vacances
  à Cézac
 
Dictons & Proverbes

 

© QUERCY NET, 1997 - 2002

Le Noël du petit roumain
 

Bernard DAVIDOU

Personne ne peut rester insensible à la vue de la misère. Il y a dans chaque être humain une tendance naturelle à la solidarité qui nous différencie des animaux. Néanmoins elle existe encore et s'amplifie avec la crise que connaît notre monde globalisé, depuis la fin des trente glorieuses.

Certains avancent des solutions économiques, d'autres proposent des programmes politiques, … " Mouna ", célèbre clochard lettré et farfelu du quartier Saint-Germain en 1968 proposait l'extinction du paupérisme après dix-huit heures chaque soir. Avec le projet de prolonger le boulevard saint-Michel jusqu'à Deauville, il avait constitué un programme électoral ambitieux mais sa carrière politique se termina peu après les évènements de cette année-là.

Dans les grandes villes elle est parfois spectacle.

J'ai vécu les cinq dernières années du siècle précédent à Paris ou je travaillais et je rejoignais ma famille dans le sud-ouest toutes les fins de semaine.

Je me souviens de ce vendredi soir, dans le métro qui me ramenait vers Orly, un homme s'est mis à parler au milieu du wagon. Il dit qu'il était sorti depuis peu de prison, après une horrible erreur judiciaire. Il avait contracté le sida et avait faim. Il suppliait les voyageurs de lui donner un peu d'argent, à défaut il accepterait un sandwich, un ticket restaurant ou bien un fruit. Intrigué par cette franchise, je regardais l'effet qu'elle produisait sur les voyageurs. Quelques rares vielles femmes lui glissèrent une pièce. Certains, qui voulaient ignorer l'homme, détournaient leur regard avec gêne. Les autres regardaient à travers lui, comme s'il était transparent. N'ayant pas eu le temps d'en retirer je n'avais pas d'argent sur moi. Comme tous les vendredi, j'avais déjeuné très vite afin de finir ma semaine au plus tôt et avais gardé une pomme qui grossissait la poche de mon manteau. Je la lui tendis et il me remercia fort civilement. Quelques stations plus loin, je le revis qui sortait du wagon: Il avait encore ma pomme à la main et la laissa tomber avec dédain entre le marchepied du train et le quai.

En courant pour " attraper " la rame d' "0rly-Val", je me promis de faire preuve, à l'avenir, de plus de discernement dans mes futurs élans de générosité.

Après avoir réfléchi à cette question, je résolus de la régler définitivement en choisissant, sur mes trajets les plus fréquents dans la capitale, quelques mendiants auxquels je donnerai mon obole chaque semaine.

Il m'attendait sous un feu rouge, dans le quartier du " point du jour ", dans l'ouest de Paris, que je traversais chaque fois que je revenais de " la défense " ou est située la plus grande concentration de sièges sociaux de sociétés du pays et mon bureau de la rue de Lyon.

Alors que je ralentissais pour respecter le feu tricolore avant de prendre la voie sur berge, je fus surpris par une silhouette qui me rappelait mon fils cadet. M'étant arrêté à sa hauteur, je me réveillais de ma rêverie face à un gamin au corps d'adolescent, surmonté d'une tête d'adulte qui me tendait la main en répétant plusieurs fois la même supplique:

- S'il te plait Monsieur, une pièce … pour manger. … S'il te plait Monsieur ….

Après avoir satisfait sa demande avec une pièce de dix francs, je le regardais avec attention. Je reconnus une allure quand il se déplaçait d'un véhicule à l'autre, une attitude quand il était immobile, main tendue, penché vers la portière d'un véhicule, qui avaient attiré mon attention en arrivant à sa hauteur. J'avais lu en prenant mon café que plusieurs bandes organisées d'enfants roumains avaient envahi les trottoirs de la capitale pour y mendier. Ces équipes étaient encadrées, disait le journaliste du " Parisien Libéré ", par des adultes provenant du même village que les enfants, qui leur apprenaient les trois mots nécessaires au travail attendu et qui les plaçaient aux endroits ou les voitures ralentissent.

Parce qu'il était brun avec des cheveux noirs et qu'il roulait les " r " j'en déduis qu'il en faisait partie.
Je décidais sur le champ de l'ajouter à mes pauvres. Dorénavant je m'arrêtais au moins une fois chaque semaine à sa hauteur et inlassablement il me répétait la même supplique :

- S'il te plait Monsieur, une pièce … pour manger. … S'il te plait Monsieur …

J'essayais, quand la durée du feu le permettait, une banalité à propos du temps ou des fêtes qui approchaient … Sans un sourire, comme s'il ne me voyait pas et pressé de passer à la voiture suivante, il attendait ma pièce jaune à laquelle il répondait par un bref " M..errr.. ci ".

Une fois pourtant je réussis à le faire sourire en lui disant " Business is business !"(1). Il connaissait un peu d'anglais et répondit :

- As usual, Sir ! No more !(2).

Nous avions chacun nos préoccupations et notre stress. Un soir, il me rendit la pièce de vingt centimes que, voulant aller vite et bien involontairement, je lui avais donné à la place de celle de dix francs dont il avait l'habitude. Il protestait :

- Trompé, pas bon, pas bon … Monsieur,

Ceux qui ont connu ces pièces, me trouveront des circonstances atténuantes car, de même couleur jaune et même diamètre, elles ne différaient que par le poids … et la valeur. Je réparais volontiers très vite mon erreur et lui laissais, grand seigneur, les deux pièces. Le feu était vert déjà et je démarrais dans un concert de klaxons impatients. Les parisiens au volant sont comme cela.
La seconde fois que je commis la même erreur, je me dis que les vacances de Noël qui approchaient me feraient le plus grand bien.

La troisième fois je commençais à me demander si mon petit Roumain ne me prenait pas pour un cave et me promis de suivre attentivement ses gestes à l'avenir. Je le suspectais de subtiliser la pièce de dix francs et faire apparaître une pièce de vingt centimes que son client devait lui rendre dans un élan supplémentaire de générosité, après avoir réparé l'erreur.

Lors de mes prochains passages, le cérémonial se déroula invariable. Le gamin, dont je fixais les doigts avec attention comprit-il ma résolution de le confondre, ou bien était-il de bonne foi et avais-je, par distraction, confondu les pièces ? Après l'avoir contrôlée, il enfouissait sa pièce de dix francs dans la poche de son maigre blouson sale et courait à la voiture suivante.

Je le revis plusieurs fois, dans le froid, parfois sous la pluie, sans que notre communication s'améliore ou que je refasse l'erreur qui m'avait conduit à le suspecter de cette amusante substitution.

Les vacances de Noël tant attendues et nécessaires arrivèrent enfin. En approchant du feu je ralentis pour attendre qu'il devienne rouge, me donnant ainsi le temps de lui donner mon obole. Arrivé à sa hauteur je lui souhaitais un bon Noël mais son visage resta lisse et inexpressif alors qu'il répétait comme d'habitude la formule apprise par cœur :

- S'il te plait Monsieur, une pièce … pour manger. … S'il te plait Monsieur …

C'était Noël, je partais en vacances et donc je ne le reverrai pas la semaine suivante, je pris deux fois dix francs dans le vide poche ouvert entre le tableau de bord et le levier de vitesse de la Mégane-Scénic que la société qui m'employait avait mise à ma disposition et les lui tendis.

Il avait suivi mes gestes avec attention et je l'avais vu regarder la monnaie dans le vide-poche avec envie. Il contempla mon aumône un petit moment. Comme le feu virait au vert, il parut glisser légèrement alors que j'enclenchais la première et son coude heurta la montant de ma portière … laissant échapper dans ma voiture les deux pièces de dix francs que je venais de lui remettre.

- Tombé, Monsieur, … donne une autre, … vite ….

Il me montrait sa main ouverte et vide en fermant et ouvrant les doigts pour en rétablir la circulation sanguine. Les parisiens derrière nous menaient un raffut assourdissant et des injures diverses commençaient à fleurir de tous les côtés. Je remis à plus tard de rechercher mes vingt francs sur le tapis de la voiture, attrapais une poignée de monnaie comprenant deux autres pièces de dix francs et les lui tendis en démarrant. Je vis dans mon rétroviseur le magnifique sourire qui éclaira enfin son visage alors qu'il soupesait le contenu de sa paume.
 

C'était Noël.

- Merry Christmas Sir ! (3)

Dit-il alors que je m'éloignais.

Lorsque, après les vacances de fin d'année j'eus regagné la capitale en début janvier, j'entrepris de nettoyer l'intérieur de ma voiture. J'avais un peu oublié mon petit roumain mais je pensais immédiatement à lui lorsque, en passant l'aspirateur, je retrouvais, sous le tapis de sol, côté conducteur,

…… deux pièces de vingt centimes luisantes comme si elles étaient neuves.

 

Bernard DAVIDOU Noël 2005



(1) Les affaires sont les affaires.
(2) Comme d'habitude, Monsieur. Pas plus.
(3) Joyeux Noël, Monsieur.

 

Haut de la page


Quercy.net