Contes & Légendes

Nouvelles & Histoires

 

© QUERCY NET, 1997 - 2002

 Les dictons quercynois

Bien souvent les dictons populaires ont pour objet les saisons et mois de l'année.

Tous les dictons ou bien les dictons du mois :

Janvier - Février - Mars - Avril - Mai - Juin - Juillet
Août - Septembre - Octobre - Novembre - Décembre

Les dictons sur d'autres sujets




Femna e argent son la pèrda de las gens
Femme et argent sont la perte des gens

De bon plant ta vinha, de bona raça prend la filha
De bon plant plante ta vigne, de bonne famille prend la fille

Prend la filha de ton vesin, que i conéisseras son sin
Prends la fille de ton voisin que tu connais bien

A pas pus missanta guèrra qu’entre fraires
Il n’y a pas plus méchante guerre qu’entre frères

Una filha, brava filha, dos filhas, pron de filhas, tres filhas, amb la maire, quante torment per lo paire.
Une fille, brave fille, deux filles, assez de filles, trois filles, avec la mère, quel tourment pour un père

Sus la vinha del curat, i a pas jamai grelat
Il n'y a jamais de grêle sur la vigne du curé !

Cada ausèl tròba son niu bèl
On est bien chez soi, même si la maison est imparfaite

Las oras passan e las òbras demoràn
Les heures passent, le travail reste

Più-più, totjorn viù.
Piou-piou , toujours vit (ceux qui se lamentent vivent longtemps)

Quand la nijola canta lo jorn, la plueja n'es pas lonh
Quand la chouette chante le jour, la pluie n'est pas loin

Estre embarrassat coma una agassa amb nou rascals
Etre embarrassé comme une pie avec neuf noix

Las agassas fan pas de cocuts
Les pies ne font pas des coucous (Allusion à l'hérédité)

Val mai un ausèl dins la man que cent que volan
Il vaut mieux un oiseau dans la main, que cent qui volent (Mieux vaut tenir que courir)

Tard i vau, pauc i fau, e d'ora m'en torni.
Tard j'y vais, peu j'en fais, et de bonne heure j'en reviens (devise du paresseux)

Filha de bona maison, a la camisa mai longua que lo cotillon
Fille de bonne maison a la chemise plus longue que le jupon. (le trousseau)

Se vièlh podiá e se jove sabiá , res n'arribariá
Avec la sagesse d'un ancien et la force d'un jeune tout irait bien

L'aiga correnta n'es ni sala (sala, c'est un gallicisme) ni pudenta
L'eau courante n'est ni sale ni puante

Jove que dòrm et vièlh que velha
Jeune dort et vieux veille

Qui l'acaba, va a la cava
Celui qui la finit doit en fournir une autre (une bouteille)

Quand òm a de pan, avèm pas de dents per lo manjar
Quand on a du pain, on n'a plus de dents pour le manger (quand vient l'aisance économique, on est trop vieux pour en profiter)

Aprèp la fèsta, lo far rèsta
Quand la fête est finie, tout reste à faire (sous entendu : ce qui a été délaissé pendant le temps de la fête)

Un ostal dins una vinha, una femna dins l'ostal, i n'a tant que cal
Une maison dans une vigne, une femme dans la maison, et ça suffit pour être heureux.

Amassa bren, escampa farina
Il garde le son et jette la farine (c'est un gaspilleur)

Quand i a de pan e mai de vin, lo rei pòt venir
Pourvu qu'il y ait du pain et du vin, le roi lui-même serait bien reçu.

Foi sec e bina gras, que vinha auràs
Si tu veux avoir une belle vigne, pioche quand la terre est sèche et sarcle quand la terre est humide.

Las femnas fan e desfan los ostals
Les femmes font et défont les maisons (sont les maîtresses de l'économie des ménages)

Rat de glèisa, diable d'ostal
Assidu à l'église, infernal en famille

I a un temps per l'ase e un temps per molinièr
Ça a été le tour de l'âne, c'est maintenant le tour du meunier (tu m'as bien eu la dernière fois, maintenant je prends ma revanche)

Lo pan del paure gela al forn
Le pain du pauvre gèle dans le four

Cada fagòt troba sa redòrta (fagot est peut être un gallicisme)
Chaque fagot trouve son lien (on finit toujours par trouver plus fort que soi)