Par nos chemins...


 © Quercy.net, 2000


Rubrique
réalisée
en partenariat avec

L'OFFICE DE TOURISME D'ALVIGNAC


        "Où pousse la fougère, c'est la bonne terre" - Dicton du Quercy
 
Pradines : sa flore

par Yvette Darnault

Pradines, Labéraudie, Flaynac, Flottes, quatre sections de la commune qui indiquent tout de suite des différences importantes dans les paysages, la nature du terrain donc la flore.
C’est pourquoi, pour avoir un aperçu de la richesse de la végétation dans la commune, nous pouvons essayer la division suivante : la vallée, le plateau, les combes. Il faut savoir cependant que les limites ne sont jamais vraiment très nettes.

Dans la vallée
Au bord immédiat du Lot, peupliers, aulnes, sureaux, saules sont les arbres les plus répandus.
Dans les terres les noyeraies sont nombreuses. Quelques pieds d’osiers persistent ça et là.
Les chênes, les érables recouvrent les pentes des collines.
Ficaire, perce-neige, violette, primevère, pervenche sont les premières fleurs du printemps et peuplent les sous-bois.

Viennent ensuite le bouton d’or, la saponaire, la pulmonaire, la chicorée sauvage en bordure de champ, les véroniques…
Vers la fin de l’été, c’est une explosion : gerbe d’or, aster blanc, onagre, balsamine envahissent les bords des sentiers, les colchiques sont plus discrètes.
L’armoise, le bardane, la menthe bordent les chemins.
Le fragon est très répandu dans les bois qui recouvrent les petites collines descendant vers la rivière (Labéraudie, Pradines).
On peut découvrir, parmi les lianes du bord du Lot, quelques pieds de houblon sauvage.
Le buis est présent un peu partout.

Sur le plateau
Toujours le chêne et l’érable plus ou moins développés. Alisier, néflier, pistachier thérébinthe, chèvre-feuille, genévrier, prunellier nerprun ou alaterne, églantier se côtoient sur le plateau plutôt sec et ensoleillé, parfois un cornouiller.
Orpin, ronces, clématites sauvages envahissent les vieux murs.
Au bord des sentiers, des chemins, du printemps à l’automne les fleurs abondent : lin sauvage, cardoncelle, petit liseron, scabieuse, mauve, bouillon blanc, bourrage, sauge, marguerite, coquelicot, catananche ou cupidone (fleur rare et caractéristique du terrain calcaire), petite centaurée, compagnon blanc, immortelle, origan ou marjolaine, queue de lièvre, polygala, aster bleu… et les orchidées très variées (orphys abeille, bouc, pyramidal…).
La santonile embaume les plateaux caillouteux et secs.

Dans les combes
Le buis, le noisetier, le prunellier, le fusain ou bonnet d’Evêque, l’églantier, parfois le genêt poussent souvent côte à côte dans les combes étroites.
Quant aux fleurs elles y sont aussi nombreuses et variées. Violette, hellébore, euphorbe aux variétés nombreuses, ancolie bleue, sceau de Salomon, pois de senteur, vesce bleue apportent selon la saison, leur merveilleuse note de couleur.
A la fin du printemps les combes sont un endroit privilégié pour le fraisier sauvage, donc pour la succulente et parfumée fraise des bois.

En conclusion, même si l’on doit tenir compte des différences géographiques de la Commune, dans tous les coins de celle-ci, l’on peut trouver, en toute saison, une flore riche et variée.

Yvette Darnault
Pradines

Haut de la page


Quercy.net