Cartes & illustrations


Au point de vue de la tectonique, le Quercy est situé sur deux unités structurales : le Ségala et la Grésigne qui appartiennent au Massif Central et le Limargue, les causses, la Bouriane, le Quercy Blanc, le Pays des Serres et les Coteaux de Monclar qui sont inclus dans le bassin Aquitain.

Le Ségala porte les stigmates des anciens plissements qui donnèrent naissance à la fin de l'aire primaire à la chaîne de montagne hercynienne. Celle-ci couvrit une grande partie de l'Europe et de l'Afrique du Nord. La structuration de ces roches c'est effectuée à grande profondeur comme nous le montre la schistosité et les auréoles métamorphiques autours des intrusions granitiques.

Le reste du Quercy est situé sur le flanc nord-est du vaste synclinorium Charentes-Ouercy, d'axe NW.-SE., affecté d'ondulations de deuxième ordre. Cette structure majeure est limitée au sud par le dôme de la Grésigne, à l'ouest par l'antiforme (1) de Montauban-Moissac et par les dômes jalonnant l'accident Ouest-quercynois(2), au nord-est par la remontée du Jurassique à l'approche du socle cristallophyllien du Massif Central dans le secteur de Figeac - Saint-Céré - Terrasson et à l'est par la faille de Villefranche.



Coupe géologique du Quercy Lauzerte-Latronquière

Les éléments structuraux observés dans le Quercy s'intègrent dans le cadre tectonique de la plate-forme nord-aquitaine, où les sédiments ont subi un enfouissement assez faible, estimé à 1500 m dans la vallée du Lot, pour le sommet du Bajocien (Kafa,1988), traduit par un style tectonique cassant. Les événements tectoniques sont commandés par les rejeux du socle hercynien induits par les mouvements des plaques ibérique et eurasienne.

Les changements de faciès et de puissance des sédiments du Jurassique inférieur (Hettangien à Carixien), de part et d'autre de failles à rejeu tertiaire, sont les manifestations synsédimentaires de la distension liasique E?W sur la bordure nord?orientale du Bassin Aquitain (Bonijoly et Lefavrais?Raymond, 1989).

Les variations brutales d'épaisseur, voire la disparition de certains des membres ou formations du Dogger (les calcaires oolitiques et graveleux de Larnagol, les calcaires cristallisés de Saint?Chels et les calcaires micritiques de Vers) sur les flancs de l'anticlinal de Saint?Martin?Labouval, les brèches bajociennes de Pongens (Miers) à proximité de la faille de Padirac et l'absence de sédiments cénomaniens sur les structures anticlinales de Sauveterre?la?Lémance et de Campagnac?les?Quercy témoignent d'une instabilité à proximité de ces structures au Jurassique moyen et au début du Crétacé supérieur. La localisation du "golfe" portlandien Charentes?Quercy (Delfaud et Gottis, 1966) indique que la restructuration du synclinorium a commencé à la fin du Jurassique.
 

(1) Antiforme : ensemble de déformations anticlinales
(2) Vaste couloir de déformations, matérialisé par des failles N140?160*E, traversant le Quercy occidental et se prolongeant en Périgord

 

© Jean, Guy Astruc et Quercy Net, 2003




Shéma structural du Quercy
Cliquez sur la carte pour l'agrandir

 

 



 

Accident tectonique d'Autoire : les  terrains jurassiques sont plissés entre les failles de Siran et de Padirac

 



Pli en genou provoqué par les contraintes subies par les calcaires jurassiques lors de  l'orogénèse pyrénéenne

 



 

 

 

Haut de la page


Quercy.net