André BRETON,
pape du Surréalisme, Citoyen du Monde à la recherche de l'or du temps

1896-1966


A
ndré Breton (1896-1966)
Fils d'un employé en écritures à la gendarmerie ;
Gendarme des écritures poétiques pendant un quart de siècle ;
Elève-médecin pendant la guerre de 14 ;
Dadaïste ;
Liquidateur du Dadaïsme ;
Fondateur du Surrealisme ;
Ami de Robert Desnos ;
Pape du Surréalisme;
Ennemi de Robert Desnos ;
Ennemi de la société marchande ;
membre du Parti Communiste ;
Marchand d'Art ;
Père de l'Aube ;
Rebelle en temps de paix ;
Fuyard en tant de guerre ;
Collectionneur d'Art africain ;
Militant anti-colonialiste ;
Ennemi de la Littérature ;
Critique Littéraire ;
Briseur de statues ;
Statue dans un musée ;
et/ou poète ?

Piers Tenniel




 


 

De droite à gauche : Varian Fry discutant avec André Breton, Andre Masson, et Jacqueline Breton.

 

 


Paul Eluard et André Breton
Photo : © Man Ray, collection Lucien Treillard, Paris

 

 


Sur la route, déjà, j'ai bien senti qu'il y avait quelque chose de changé... lorsque la Nationale 20 quitte le département... les automobilistes lisent une grande pancarte dans les chênes verts, en face de la borne officielle : «Ici commence le territoire mondial du Lot» Marareigne Pierre, Le Figaro,
26 juin 1950.

Le plus beau village de France
au terme de la Route Mondiale


C’est parce qu'il cherchait l'Or du temps, que tous les ans, André BRETON venait poursuivre en sa maison acquise en 1950 à Saint-Cirq-Lapopie, l’ancienne auberge des Mariniers (toujours visible), son rêve de pierre et de lumière... 

« C'est au terme de la promenade en voiture qui consacrait, en juin 1950,  l'ouverture de la première route mondiale  - seule route de l'espoir  - que Saint-Cirq embrasée aux feux de Bengale m’est apparue - comme une rose impossible dans la nuit.
Cela dût tenir du coup de foudre si je songe que le matin suivant je revenais, dans la tentation de me poser au coeur de cette fleur : merveille, elle avait cessée de flamber, mais restait intacte.
Par-delà bien d'autres sites - d'Amérique, d'Europe - Saint-Cirq a disposé sur moi du seul enchantement : celui qui fixe à tout jamais. J'ai cessé de me désirer ailleurs.
Je crois que le secret de sa poésie s'apparente à celui de certaines Illuminations de Rimbaud, qu'il est le produit du plus rare équilibre dans la plus  parfaite dénivellation des plans.

L'énumération de ses autres ressources est très loin d'épuiser ce secret….
Chaque jour, au réveil, il me semble ouvrir la fenêtre sur les Très Riches Heures, non seulement de l'Art, mais de la Nature et de la Vie ». 
André BRETON - Saint-Cirq-Lapopie, le 3 septembre 1951. 

(Brochure Ville de Cahors : Citoyens du Monde, 2000)

La maison de Saint-Cirq

En bordure de la place du Carol, sous les vestiges du château de Lagardette, l'Auberge des Mariniers est une des anciennes maisons de chevaliers qui constituaient au Moyen Age le fort aristocratique de Saint-Cirq-Lapopie.
Cet édifice du 13ème siècle est composé d'une tour carrée et d'un corps de logis quasi entièrement bâtis en pierre.
La tour, dont la base épouse parfaitement le relief du promontoire rocheux, est percée sur la façade nord de deux petites portes en arc brisé, visibles depuis la ruelle qui passe devant le musée Rignault.
Réparti en trois niveaux, ce donjon médiéval était dépourvu de latrines, de cheminée et d'évier, ce qui le rendait peu adapté aux impératifs de la vie quotidienne.
Accolé à la tour et légèrement plus tardif, le logis rectangulaire était sans aucun doute bien plus confortable.
Doté à l'origine de deux étages (le dernier étant aujourd'hui remplacé par la toiture), il se distingue notamment par une grande porte en rez
-de-chaussée et deux fenêtres géminées, appuyées sur le cordon qui court le long de la façade.
Classée au titre des Monuments historiques en 1923, l'Auberge des Mariniers est avant tout célèbre pour un de ses propriétaires : elle fut en effet à partir des années 1950 la résidence d'André Breton, poète et fondateur du surréalisme.
(Site internet : patrimoine-lot.com)


André Breton est né le 18 février 1896 à Tinchebray, dans l'Orne. Ses origines sont bretonnes et lorraines. Élevé d'abord à Saint-Brieuc, par son grand-père maternel, il a quatre ans quand sa famille s'installe à Pantin. En 1906, il entre au collège Chaptal. À dix-sept ans, en 1913, il suit les cours du P.C.N., porte d'entrée des études médicales ; trois poèmes, dont un sonnet dédié à Paul Valéry, paraissent en mars 1914, dans La Phalange de Jean Royère. En 1915, mobilisé dans l'artillerie, il fait ses classes à Pontivy, puis est versé dans le service de santé à Nantes. Il entre en correspondance avec Guillaume Apollinaire et fait une rencontre capitale, celle de Jacques Vaché. Affecté, en 1917, au centre psychiatrique de la IIe Armée, à Saint-Dizier, il s'initie à la psychanalyse. Rappelé à Paris, il fait, auprès d'Apollinaire, la connaissance de Philippe Soupault et celle d'Aragon, dans la librairie d'Adrienne Monnier. Tous trois collaborent à Nord-Sud, revue qu'anime Pierre Reverdy.
En 1919, André Breton publie Mont de piété, où s'affirme sa rupture avec la poétique mallarméenne, dans le temps même où, ayant fortuitement découvert l'écriture automatique, il écrit avec Philippe Soupault Les Champs magnétiques, qui paraît en 1920. Avec Aragon et Soupault, il a créé en mars 1919 la revue Littérature, qui, en un an, passe de la recherche encore éclectique du « moderne » au soutien et à l'affirmation du mouvement Dada. En septembre 1921, Breton épouse Simone Kahn. Il a déjà pris quelque distance avec Dada, mais la rupture ouverte avec Tzara n'intervient qu'au début de 1922. Dès ce temps, autour de Littérature, Nouvelle Série, un groupe est constitué, dont le Manifeste du surréalisme (1924) explicite les positions et les interrogations. Dès lors, l'histoire de Breton et celle du surréalisme se mêlent de façon indissoluble. C'est de cette période que date la publication des Pas perdus.
La rencontre avec Nadja, rue Lafayette, en octobre 1926, est à la source d'un livre qui pose déjà les problèmes essentiels soulevés par le surréalisme (le rapport de la poésie et de la vie, le hasard, l'amour).
 

Benjamin Péret, Tristan Tzara, Paul Eluard et André Breton 1922

Reconnaissant, depuis la guerre du Maroc (1925), la nécessité d'une action politique, Breton entre en 1927 au parti communiste, dont l'exclusivisme idéologique entraîne assez vite son éloignement. Il n'en continue pas moins, difficilement, à collaborer avec le Parti sur divers problèmes (question coloniale, réflexion sur la littérature), jusqu'à la rupture définitive lors du « Congrès pour la défense de la culture » en juin 1935. De ces débats, le Second Manifeste du surréalisme (1929) - suivi de ruptures et de nouvelles arrivées - comme Les Vases communicants (1932) portent la marque. En 1932 également, se consomme sur ces mêmes questions la rupture avec Aragon.
La rencontre avec Jacqueline Lamba, qui est au centre de L'Amour fou, a lieu le 29 mai 1934. C'est aussi le moment où se confirme l'audience internationale du surréalisme : voyage à Prague, aux îles Canaries, auquel se réfère le chapitre V de L'Amour fou.
Aube, fille d'André Breton et de Jacqueline, naît à la fin de 1935: c'est à elle que s'adresse le dernier texte du livre.
En 1937, Breton dirige quelque temps une galerie surréaliste rue de Seine, à l'enseigne freudienne de Gradiva. En 1938, il est chargé de conférences sur la littérature et l'art au Mexique, où il rencontre plusieurs fois Trotski et écrit avec lui le manifeste Pour un art révolutionnaire indépendant. Au retour, il rompt avec Paul Éluard. Au moment de la guerre de 1939, André Breton est mobilisé à Poitiers. Après la débâcle, il est l'hôte à Marseille du « Comité de secours américain aux intellectuels », où il retrouve Brauner, Max Ernst, Masson, Péret. En 1941, il parvient à s'embarquer pour la Martinique, où règne le régime de Vichy; il y est d'abord interné, mais a le temps de découvrir Aimé Césaire, avant de partir pour les États-Unis. L'exil à New York est marqué par une exposition surréaliste en 1942 et la création de la revue VVV. Et c'est à New York, en 1943, qu'il rencontre Élisa, inspiratrice de la méditation d'Arcane 17. Après leur mariage, ils reviennent à Paris en 1946. Contre la mode de l'époque, Breton répudie l'asservissement aux directives d'un parti, ce qui ne l'empêchera pas d'être présent dans les combats du temps, avec une rigueur qui ne fléchit jamais. Il apporte en particulier son soutien à la lutte du Viêt-nam pour son indépendance, et pour un temps aux efforts de Gary Davis, le «  citoyen du monde », comme au combat de la Hongrie contre le joug soviétique. Des expositions, des revues marquent l'activité surréaliste d'après la guerre. Pendant la guerre d'Algérie, André Breton est un des premiers signataires du Manifeste des 121.
Au printemps de 1966, Breton fait un court voyage en Bretagne. En septembre, il est hospitalisé à Lariboisière, où il meurt le matin du 28. Ses obsèques ont lieu le 1er octobre au cimetière des Batignolles. Le faire-part de décès portait ces seuls mots :

ANDRÉ BRETON
1896-1966
Je cherche l'or du temps

(Site internet : breton.calmelscohen.com)

Haut de la page


Quercy.net