Charles-Louis de Saulces de Freycinet,
élève au Lycée de Cahors, ingénieur des Mines,
sénateur, ministre, président du Conseil

Foix 1828
Paris 1923
 
CHARLES DE FREYCINET,

L’HOMME DU CHEMIN DE FER

Au milieu du XIXe siècle, l'action de Charles de Freycinet sur l'aménagement ferroviaire du Sud Ouest de la France, fut déterminante.

C'était un savant éminent doublé d'un grand homme politique.

Louis Charles de Saulse de Freycinet, né à Foix le 14 no­vembre 1828, appartenait à une famille plutôt tournée vers la mer. Son père était contre-amiral et gouverneur de l'île Bourbon. Son oncle, capitaine de vaisseau et membre de l'Académie des Sciences, fut l'un des fonda­teurs de la Société de Géographie.

Charles de Freycinet effectua ses premières études au Lycée Gambetta de Cahors. C'était un élève studieux. A 17 ans, il entra à l'École Polytechnique. II sortit le qua­trième de la promotion en 1848.

En 1852, il est Ingénieur des Mines à Mont-de-Marsan, puis à Chartres et à Bordeaux. Entre 1856 et 1861, il devient Chef d'Exploitation du chemin de fer de la Compagnie du Midi ; il est chargé de mettre en place toutes les infrastructures de ce nouveau réseau ferroviaire qui va révolutionner la vie des campagnes. Sous son im­pulsion, la région se couvre de kilomètres de voies ferrées, de ponts, de viaducs, de tunnels, mais aussi de ports et de canaux... Ses travaux scientifiques et ses publications sur la mécanique, la géométrie, l'astronomie, l'assainissement industriel, le principe d'assainissement des villes, la ques­tion d'Égypte le rendent également célèbre.

En 1870, c'est la guerre. L'Empire est renversé. L'armée prussienne est aux portes de Paris. Le gouvernement fran­çais se réfugie à Tours. Charles de Freycinet est nommé ministre délégué à la guerre. Il sera, par la suite, plusieurs fois ministre.

La paix revenue, il poursuit le maillage du réseau ferroviaire. En 1877, le programme électoral des gambettistes est de doter chaque sous-préfecture de son chemin de fer, et chaque chef lieu de canton de sa gare. Le désenclavement des campagnes, mal desservies en voies de communication terrestres, est à ce prix.

En 1876, Charles de Freycinet est élu sénateur de la Seine, puis conseiller général et sénateur du Tarn-et-Garonne, maire de Beaumont-de-Lomagne jusqu'en 1920. Il est ministre des Travaux Publics entre 1877 et 1879. En 1880, il entre à l'Académie Française.

Le développement des chemins de fer revêt une importance particulièrement stratégique pendant la Guerre 1914-1918.

Comblé d'honneurs, Charles de Freycinet s'éteint à Paris en 1923, dans sa quatre-vingt-quinzième année.

J. L P,
L'Amanach du Quercy, 2006

 

 

 

 

 

 

Charles-Louis de Freycinet naît à Foix (Ariège) en 1828 ; Il est le fils de Casimir de SAULCES de FREYCINET, contrôleur de la comptabilité des impôts indirects dans le Tarn et Garonne, originaire d'une famille protestante du Dauphiné, et de Mme née Anne Nancy MALET. L'un de ses oncles, Louis-Claude de SAULCES de FREYCINET (1779-1842) fut officier de marine, membre du bureau des longitudes, membre correspondant (1813) puis membre (1826) de l'Académie des sciences et grand géographe. Un autre oncle, Louis-Henri de SAULCES de FREYCINET (1777-1840) officier de marine devenu gouverneur de l'Ile Bourbon (1920) puis de la Guyane, fut créé baron (1827) avant de devenir amiral. Une soeur de Louis-Charles, Maria Elisa de SAULCES de FREYCINET épousa Ernest de SELVES et fut la mère de Justin de SELVES (1848-1934), avocat et bâtonnier à Montauban qui devint préfet de plusieurs départements (1880-1890) puis préfet de la Seine, président du Sénat, ministre des Affaires étrangères et de l'Intérieur.
Protestant, Charles de FREYCINET épousa Laurence BOSC, protestante originaire de Bordeaux, dont il eut une fille, Cécile, morte célibataire, et qui a fait donation d'un grand nombre d'effets et de documents de son père à la bibliothèque de Polytechnique.


Il effectue ses premières études au Lycée Gambetta et deviendra en 1904 président d'honneur des anciens élèves de cet établissement.

 

Il entre à dix-sept ans à l'École Polytechnique et en sort au quatrième rang, en 1848. Dès le mois de février, alors qu'il est en encore élève, il obtient du général Aupuk, commandant de l'École, l'autorisation après les échauffourées du boulevard des Capucines, d'aller s'interposer entre le peuple et la troupe. Il réussit à dégager les soldats bloqués dans leur caserne et menacés par les insurgés. Dès lors le gouvernement provisoire lui confie diverses missions ; ce sont les prémices d'une carrière qui sera essentiellement publique.

 

A sa sortie de l'École d'application de Paris, Freycinet est nommé ingénieur des Mines, à Mont-de-Marsan, Chartres et Bordeaux ; postes où ils s'adonne à des études surtout théoriques, mais, dans le but pratique de développer l'essor de la grande industrie des transports. La Compagnie des Chemins de Fer du Midi l'appelle, en 1856 au poste de chef d'exploitation de son grand réseau ; il y fait preuve, durant cinq ans, d'éminentes capacités d'administrateur. En retournant au service de l'État, il laisse à la compagnie, une série d'ordres et de règlements, qui seront imités et adoptés par d'autres compagnies de chemin de fer.

 

Dès le fin de 1862, il est chargé par l'administration des Travaux Publics, d'un ensemble de missions scientifiques et industrielles, en France, en Belgique, en Angleterre, en Prusse ; il consignera les résultats de sept ans d'études dans différents rapports qui seront couronnés par l'Institut de France, en 1869.

 

Lors de la guerre franco-allemande de 1870, il offre son concours au gouvernement de la Défense nationale. Suite à une entrevue avec Gambetta, alors ministre de l'Intérieur, il est nommé préfet du Tarn-et-Garonne, le 6 septembre. Le 10 octobre, il devient le collaborateur intime de Gambetta, nouvellement ministre de la Guerre, avec le titre de "délégué personnel du ministre, au département de la Guerre". Durant la guerre en province, pendant le siège de Paris, en 1871, il met toute son énergie et sa science au service de son patriotisme. Gambetta dira de lui :"J'ai mis à contribution... toutes les intelligences et toutes les aptitudes des hommes de science et d'industrie... J'ai eu la bonne fortune de trouver des collaborateurs, à la fois novateurs et prudents..., je ne puis cependant passer sous silence le plus éminent d'entre-eux, mon collègue à la guerre, Monsieur Charles de Freycinet, dont le dévouement et la capacité se sont trouvés à la hauteur de toutes les difficultés pour les résoudre, comme de tous les obstacles pour les vaincre" (1).

 

Élu sénateur de la Seine en 1876, Freycinet le restera jusqu'en 1920. Ministre des Travaux Publics, il met au point le plan dit 'plan Freycinet" dont l'objectif est de développer les voies de communication (encore aujourd'hui naviguent sur le canal du Midi des péniches dites "Freycinet" de 225 tonnes). Président du Conseil (1879, 1882, 1886 et 1890), ministre chargé des Affaires étrangères, ou de la guerre (1888 à 1893, 1898 à 1899), il porte à trois ans la durée du service militaire, réorganise le Conseil supérieur de la guerre, et met en place une défense dans la zone des places de la frontière. Il a soutenu le programme laïc de Jules Ferry. Ministre d'État en 1915 et 1916, il devient membre de l'Académie Française et a laissé entre autres ouvrages : "Mes Souvenirs : 1848-1893". Esprit universel et travailleur acharné, il écrivit aussi, sur La Question d'Egypte (1905) des oeuvres de hautes mathématiques : Les planètes télescopiques, application de la théorie de Laplace (1900), Sur les principes de la mécanique rationnelle (1902), De l'expérience en géométrie (1903).

 

Il meurt à Paris en 1923 dans sa 95éme année.


(1) Lettre de Gambetta à ses collègues du Gouvernement restés à Paris. le 26 novembre 1870.

 

La Mémoire vive, Sophie Villes, Cahors, 1998.


Carrière administrative :

Ingénieur des mines à l'arrondissement minéralogique de Mont de Marsan (où il étudie avec Crouzet le bassin géologique de l'Adour) puis à Chartres (1854) et à Bordeaux (1855).
Après son passage à la Cie des chemins de fer du Midi, il revient dans l'Administration de l'Etat en 1861. Ingénieur de 1ère classe (11/4/1864).
Envoyé en mission pour étudier le travail des enfants en Angleterre (1863-1867) et chargé dans la même période de diverses missions sur la salubrité industrielle (Prusse, Rhénanie, Belgique), sur l'industrie métallurgique (Suède). Le rapport sur le travail des femmes et des enfants en Angleterre reçoit un prix de l'Académie des sciences morales (1869).
Il publie en 1870 des rapports sur l'assainissement des villes. Promu officier de la Légion d'honneur (8/8/1870).
Préfet du Tarn et Garonne à Montauban du 6/9/1870 au 7/10/1870, nommé par son ami Gambetta. Démissionne pour aller à Tours, où il revoit Gambetta plus ou moins par hasard. Celui-ci le nomme délégué au département de la guerre (10/10/1870-9/2/1871).
Il est nommé ingénieur en chef tardivement, en 1875, suite à l'intervention personnelle de Eugène Caillaux (1822-1896 ; X 1841), ministre des travaux publics qui était pourtant son ennemi politique. Inspecteur général de 1ere classe des mines en mars 1886. Il n'a en effet jamais démissionné du corps des mines.

Carrière industrielle :

Chef d'exploitation de la Compagnie des Chemins de fer du Midi (1856-1861). Pendant cette période, il publie un Traité de mécanique rationnelle et un autre sur Des pentes économiques en chemins de fer.
En congé du corps des mines, il dirige une forge et un haut-fourneau qu'il a acquis dans les Landes (1872-1876).

Carrière politique :

Conseiller général du Tarn et Garonne (élu en 1867, canton de Nègrepelisse).
Sénateur de la Seine de 1876 à 1920. Il est constamment réélu sénateur, souvent dans plusieurs départements (en 1882 élu le même jour dans l'Ariège, le Tarn et Garonne, l'Inde française et la Seine, il conserve la Seine).
Rapporteur de la loi sur la réorganisation de l'armée (novembre 1876).
Ministre des Travaux publics du 13 décembre 1877 au 28 décembre 1879. Il propose de développer les transports, notamment ferroviaires. La Chambre lui vote 350 millions de crédits le 7/3/1878, qu'il affecte essentiellement aux développements portuaires. Il obtient en janvier 1879 un décret de Mac Mahon sur la réorganisation des voies navigables et ferroviaires. Il réforme la législation minière (février 1879).
Président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères du 28 décembre 1879 au 23 septembre 1880. Son gouvernement tombe sur la question des congrégations religieuses, notamment des jésuites (à cause de l'attitude anti-cléricale de Jules Ferry).
Président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères du 30 janvier au 7 août 1882. C'est l'époque où il fait l'erreur de ne pas associer la flotte française à la flotte britannique pour bombarder Alexandrie, ce qui a conduit à l'abandon de l'influence française en Egypte.
Ministre des Affaires étrangères du 6 avril 1885 au 7 janvier 1886.
Président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères du 7 janvier au 11 décembre 1886.
Candidat à la Présidence de la République en 1887 après la démission de Jules Grévy, il se retire face à Sadi Carnot qui est élu.
Ministre de la Guerre du 3 avril 1888 au 17 mars 1890.
Président du Conseil et Ministre de la Guerre du 17 mars 1890 au 27 février 1892. Il eut à faire face à l'agitation ouvrière (Fourmies). Il tomba à nouveau sur la question religieuse.
Ministre de la Guerre du 27 février 1892 au 11 janvier 1893 (éliminé du gouvernement à cause de la question de Panama).
Ministre de la Guerre du 1er novembre 1898 au 6 mai 1899.
Ministre d'Etat du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916.


Membre de l'Académie des sciences (1882, division des académiciens libres). Membre de l'Académie française (11/12/1890).

 

Liens :

Haut de la page


Quercy.net