Galiot de Genouillac,
Seigneur d'Assier, Grand maître de l'artillerie de François Ier

Maître de l'artillerie de François Ier. Grand Écuyer de France. Seigneur d'Assier, 1465 -1546

Léonard Limosin - Portrait de Galiot de Genouillac entre 1540 et 1546 - émail peint sur cuivre - H : 19,6 ; La : 14,2 - Limoges, musée municipal de l'Evêché [inv. 87.446] - Achat, 1987. - Cliché F. Magnoux.

Cette plaque est l’un des nombreux portraits connus de Jacques de Genouillac dit Galliot, seigneur d’Assier (1466-1546). Surintendant des finances, gouverneur du Languedoc, sénéchal d’Armagnac et du Quercy, grand écuyer du roi, Galliot se distingua pendant les guerres d’Italie où il participa aux batailles de Marignan, Pavie et Fornoue (1495). Léonard Limosin immortalisa le visage de Galiot de Genouillac entre 1540 et 1546. Il le représente comme un homme âgé, avec la gravité d’un serviteur expérimenté de l’Etat. Il s’agit donc d’un véritable portrait, laissant transparaître des caractères psychologiques du modèle. Le goût pour le portrait, qui s’accompagne d’une individualisation de la représentation, se développe considérablement à la Renaissance. Léonard Limosin figure parmi les artistes les plus célèbres de la Renaissance française. Introduit à la Cour du roi de France, il fréquenta les milieux artistiques les plus en vue de son époque et fut crédité du titre honorifique de « valet de chambre du roy ».


Jacques de Genouillac, dit Galiot, seigneur d'Acier (1466-1546) s'est illustré par ses faits d'armes sous François Ier qui le nomma Grand-Maître de l'Artillerie, puis Grand-Ecuyer. Gouverneur du Languedoc en 1545, il s'est aussi distingué comme amateur d'art, avec la reconstruction, dans le style de la Renaissance, du château et de l'église d'Assier (Lot). Un autre portrait émaillé de Léonard Limosin, de très grande taille, au musée du Louvre, représente Galiot de Genouillac en saint Paul ; il fait pendant à un portrait de François Ier en saint Thomas.

Sources : Office Tourisme Assier et Statistique du Département du Lot, J.A. Delpon, 1831.


Jacques de Genouillac, - dit Galiot, est né en 1465, de Jean II Ricard de Gourdon de Genouillac et de Catherine Del Bosc descendante de la famille d'Assier.
En 1480 il devient Page du Roy Louis XI ; à la mort de celui-ci, le Roy Charles VIII lui succède. Galiot est admis dans l'une des Compagnies des Gentils-hommes de la Garde du Roy en 1491. Il devient écuyer du Roy, en 1492 Grand écuyer du Dauphin. A l'avènement de Louis XII en 1498, il est Capitaine de Francs Archers du Quercy, Agenois et Gascogne. Il est en outre Capitaine d'une compagnie de 25 lances.
En 1501, il prend part aux opérations de la Flotte Chrétienne contre les Turcs en mer Egée. Jusqu'en 1512, il est de toutes les campagnes, Flandres, Italie.
Cette année là, il est nommé maître et Capitaine Général de l’artillerie, le 16 mai 1512. En 1515 Louis XII décède, François Ier lui succède et confîrme Galiot dans ses charges.
En août 1515, le seigneur d’Assier fait franchir les Alpes à 72 gros canards et 2500 pionniers par les cols de Mont Genèvre et de Suze. Les 13, 14 et 15 septembre 1515 : Bataille de Marignan et victoire des armés Françaises grâce à Galiot et à son artillerie.
En 1520, il organise l'entrevue du "Camp du Drap d'Or" entre Henri VIII d’Angleterre et François Ier. Il commande et guerroie un peu partout jusqu'à la campagne du Milanais qui débute en 1524.
Le 25 Février 1525 : désastre de Pavie, François Ier est capturé ainsi que son fidèle maître d'artillerie.
Galiot de Genouillac, relâché, s'occupe le la libération de son Roy et fait merveille dans cette tâche diplomatique. Après le retour du Roy en 1526, celui-ci le nomme le 2 mars, Grand Ecuyer de France et, lui confère l'ordre de St Michel. Cette charge de Grand Ecuyer lui donne la troisième place dans le Royaume, après le Roy et le Connetable.
En 1530 il organise : le retour des Fils de France, gardés en otages en Espagne depuis 1526 et la réception à Bayonne de la future Reine Eléonore, soeur de Charles Quint. Malgré qu’ils soient Beaux-frères François Ier et Charles Quint entament une troisième guerre.
Nous conquérons la Savoie et le Piémont. La compagnie de 100 lances, qui appartient à Galiot, est commandée par son fils François d’Assier de Genouillac. Celui-ci, fils de Galiot et de sa deuxième épouse Françoise de la Queille, sera tué en 1544 à la Bataille de Cerisoles qui sera une victoire.
En 1541 il est nommé aussi Lieutenant Général en Guyenne. En 1542 au début de la quatrième guerre avec Charles Quint le Grand Ecuyer de France, seigneur d’Assier est blessé au siège de Perpignan. Il dirige en 1544 le siège de Luxembourg avant la campagne de Cerisoles en Italie, où son fils devait trouver la mort.
Le 23 février 1546, il devient Lieutenant Général pour le Roy et est nommé Gouverneur du Languedoc.
Le 15 octobre 1546 le seigneur Galiot meurt après une vie d’Honneur et de Gloire au service de la France.

Seule reste de la Famille de Genouillac : Jeanne de Genouillac, que Galiot eut en 1512 de son mariage premier avec Catherine d’Archiac Dame de Lonzac (Charente
Maritime), laquelle Jeanne était l'épouse du seigneur Charles de Crussol Vicomte d'Uzès (maintenant Duc de Crussol d'Uzès). La fille de Galiot, héritière de tous ses biens par la mort de son frère, François d'Assier, brave et vaillant et seigneur, qui reçut une blessure mortelle à la bataille de Cérizolles, fut d'abord mariée à un Cruzol d'Uzès, et épousa, en secondes noces, le comte de Rhin-Saluces. Dans une transaction, passée en 1558 avec Hebrad, seigneur de Saint-Sulpice, elle se qualifie de dame d'Assier, comtesse de Rhin et de Quercy, femme de Jean Philippe, comte de Rhin-Saluces, colonel d'un régiment de vingt enseignes de Lansquenets.

PORTRAIT
DE MESSIRE GALIOT DE GENOUILLAC,

alias Jacques Ricard, Seigneur d’Assier en Quercy, Maître d’artillerie de François 1er.


 

Dessin à la mine de plomb
et pierre noire rehaussé de sanguine ;
H : 295 m/m. L : 225 m/m.

Dans le haut à droite,
inscription à la plume brune :
Mons
(seigneur)
le Gran Escuyer Galiot


 


Haut de la page


Quercy.net