Saint Jean Gabriel PERBOYRE,
Lazariste, missionnaire et martyr en Chine

1802-1840

Sur ce chemin d'épreuves et de fatigues, il va à la rencontre de la communauté qui lui est confiée...

La maison natale de Jean Gabriel Perboyre, à Montgesty (Lot)

 



L'église de Montgesty (Lot)




La statue de Jean Gabriel
à Montgesty (Lot)

 

Jusqu’au sacerdoce
Jean Gabriel Perboyre est né au lieu dit "Le Puech", commune de Montgesty (Lot), le jour de l'Épiphanie, le 6 janvier 1802. Il a été baptisé à l'église de Mongesty, le lendemain. L’aîné d’une famille de huit enfants, dont les parents (Pierre Perboyre et Marie Rigal) sont agriculteurs, il n’a d’autre ambition que de rester à la maison paternelle. D’ailleurs on compte sur lui, l’aîné des garçons, pour assurer, la relève dans l’exploitation familiale.

Sa vocation, Jean Gabriel la doit à un événement fortuit. Au début de 1817 son jeune frère, Louis, part à Montauban, au collège dirigé par leur oncle Jacques, prêtre de la Congrégation des Lazaristes. Mais l'enfant a le mal du pays. Pour faciliter l'acclimatation, l'aîné vient le rejoindre, pour un mois ou deux.

Admis provisoirement en 6ème, Jean Gabriel montre vite du goût et de réelles capacités pour les études. Le prêtre discerne chez son neveu les signes d'une vocation et persuade les parents de lui permettre de poursuivre sa formation, L'adolescent n'envisage pas encore le sacerdoce. Cependant, la prière et la réflexion aidant, il écrira bientôt à son père “qu'il a compris que Dieu voulait qu'il soit prêtre ”. C'est à cette époque que naît également son désir d'être missionnaire en Chine.

Les études secondaires terminées, Jean-Gabriel demande à entrer chez les Lazaristes où son frère Louis l'a précédé. Il prononce ses vœux le 20 décembre 1820.

A la fin de l'été 1823 il a achevé sa théologie, mais ne sera ordonné que le 23 septembre 1826. Entre temps ses supérieurs l'envoient au collège de Montdidier. Trois années durant lesquelles élèves et professeurs seront vivement frappés par la sagesse et la bonté de ce jeune religieux, tout comme par sa passion du travail. Ces mêmes qualités le font également apprécier à Saint-Flour où il se retrouve après son ordination professeur au grand séminaire, puis directeur du petit- séminaire.

Le Père Perboyre puise dans la prière force et dynamisme pour accomplir sa tâche. Mais l'excès de travail n'améliore pas une santé déjà faible. En 1831 il est appelé à Paris pour assister le directeur du noviciat.

Il garde toujours au coeur le désir ardent de partir en Chine. Il dira un jour à un séminariste : “ Priez pour que ma santé se fortifie et que je puisse aller en Chine afin d'y prêcher Jésus-Christ et d'y mourir avec lui. “ II n'était entré chez les Lazaristes que pour cela, confit-il à un autre.
 

Missionnaire en Chine
Plus heureux, son frère Louis était parti à la fin de l'année 1830 ; mais il meurt au court du voyage. Ce décès atteint profondément Jean-Gabriel et attise son désir. Il écrit à son oncle Jacques : “ Que ne suis-je trouvé digne d'aller remplir la place qu'il laisse vacante ! Hélas j'ai déjà 30 ans ". Ténacité et prière instante parviendront à vaincre les réticences des supérieurs... et des médecins. Avec plusieurs compagnons il embarque pour la Chine le 24 mars 1835, au Havre. Cinq mois de mer non exempts d'émotions fortes conduisent les missionnaires à Macao. Le père Perboyre y séjourna quatre mois

pour s'initier à la Chine. Rude besogne pour cet homme de 33 ans que l'apprentissage d'une langue extrêmement difficile. Cependant il possède bientôt un bagage suffisant. En décembre, il peut écrire : “ Je pars bien portant et bien content. Si vous pouviez me voir un peu maintenant, je vous offrirais un spectacle intéressant avec mon accoutrement chinois, ma tête rasée, ma longue tresse et mes moustaches... On dit que je présente pas mal en Chinois. C'est par-là qu'il faut commencer pour se faire tout à tous puissions nous ainsi les gagner à Jésus-Christ ”.

Dans ce pays interdit à tout européen sous peine de mort, il fallait paraître le plus chinois possible et inventer toutes sortes de ruses pour circuler. En jonque d'abord, constamment obligé de se camoufler pour éviter les regards indiscrets et déjouer les contrôles de police, toujours en éveil dans la peur des raids de pirates, le père Perboyre aborde au Fokien. Une longue route attend encore le missionnaire, au péril des fleuves et des rudes sentiers montagnards, au péril de la fièvre également. Sur ce chemin d'épreuves et de fatigues, il va à la rencontre de la communauté qui lui est confiée, dans la région du Houpé.

Il y parvient en 1838. Près de deux-mille chrétiens vivent là, dispersés dans une quinzaine de villages. Une population pauvre et souvent au seuil de la misère. L'église de la résidence centrale n'est qu'une masure, “ mais sa richesse est le millier de fidèles qui la remplit, même sous la pluie et la neige ”, Dans la mesure de ses moyens, Jean-Gabriel vient en aide à tous ceux qui ont besoin de lui et se donne corps et âme à son travail apostolique. Rien ne semble devoir venir troubler la vie de la communauté.
 

Le martyr
Le 15 septembre 1839, sans que personne n'y prête attention, une escorte se dirige vers la résidence des missionnaires et a tôt fait de la cerner. Les deux compagnons du père Perboyre n'ont que le temps de fuir. Lui-même ne pourra que se réfugier dans la forêt voisine. Il y reste tapi jusqu'au lendemain, Pour trente taèls un catéchumène le trahit... Jean-Gabriel est fait prisonnier, enchaîné comme un malfaiteur et traîné devant un mandarin pour interrogatoire. Il reconnaît être TONG-WEN-SIAO, son nom chinois, prêtre et missionnaire.

La captivité va se prolonger pendant près d'une année... Long et douloureux calvaire, de prison en prison, de tribunal en tribunal. Même sous les pires tortures, le père reste inébranlable et se refuse à toutes les compromissions. Son calme et sa sérénité en imposent à ses geôliers et redonnent courage à ses compagnons.

Le 15 juillet 1840, il est condamné à mort par strangulation. Dans la paix Jean-Gabriel attend son exécution. A un catéchiste venu le visiter dans sa prison, il confie ce message pour les chrétiens de mission : “ Dis-leur de ne pas craindre cette persécution. Qu'ils aient confiance en Dieu. Moi je ne les reverrai plus, eux non plus ne me reverront pas, car certainement je serai condamné à mort. Mais  suis heureux de mourir pour le Christ. ”

La sentence confirmée par l'empereur, le condamné est traîné au lieu du supplice : un gibet y est dressé en forme de croix. Les bras et les mains liés à la poutre transversale, les pieds repliés assez haut  arrière, le missionnaire paraît agenouillé entre ciel et terre pour l'ultime offrande de sa vie : Avec une lenteur calculée le bourreau serre par deux fois la corde autour du cou de sa victime. Une troisième torsion plus prolongée interrompt la prière du martyr.

C'était le 11 septembre 1840, un vendredi, à l'heure de midi... à Ou-Tchang-Fou "La florissante préfecture militaire", province de Hou-Pei "Nord du lac". Une croix apparaît dans le ciel, visible jusqu'à Pékin, confirmeront plusieurs témoins.
Grâce à la complicité d'un catéchiste qui avait soudoyé les gardes, le corps du supplicié pourra être déposé en terre chrétienne. Plus tard, sa dépouille est transférée à Paris, à la Maison-mère des Lazaristes.
Jean Gabriel Perboyre à été béatifié le 10 novembre 1889 et canonisé le 2 juin 1996 par Jean Paul II.

Jean Gabriel PERBOYRE  est fêté tous les ans  à Montgesty en août et septembre
Contact
association_jgp_perboyre@hotmail.com

Haut de la page


Quercy.net