Jean MOULIÉRAT,
le Ténor de l'Opéra comique, "sauveur" du château de Castelnau-Bretenoux
1853-1932
 

Le château de Castelnau, imposant témoignage architectural de la puissance des barons de Castelnau, fut construit entre le Xlle et le XVIIe siècle. Laissé à l'abandon dès le XVIIIe siècle, puis incendié et livré à de graves dégradations au cours du XIXe siècle, il fut racheté en 1896 et sauvé de la ruine par Jean Mouliérat, ténor à l'Opéra comique de Paris qui en fit don à l'Etat en 1932.
Spectaculairement situé aux confluents des riches vallées de la Dordogne, de la Cère et de la Bave qu'il domine de plus de 70 mètres, il a gardé l'ampleur acquise au fil des siècles. Un logis seigneurial des Xlle-XllIe siècles, ouvert de larges baies à colonnettes romanes et un donjon carré du Xllle siècle de 30 mètres de hauteur illustrent l'art de bâtir à l'époque féodale, autant défensif qu'ostentatoire.
De larges courtines flanquées de tours rondes équipées pour l'artillerie, élevées pendant la guerre de Cent Ans, ont servi à affirmer la force des barons fidèles aux rois de France face aux prétentions anglaises. Remparts, fossés, fausses braies et châtelet d'entrée ont toujours tenu à l'écart les dangereuses chevauchées des routiers.

 

La collection
Jean Mouliérat.

En remettant son château en état, Jean Mouliérat préparait un “écrin”, comme beaucoup l’ont écrit, pour sa collection d’objets d’art. Comme pour les travaux de restauration, Jean Mouliérat n’a laissé aucun document permettant de savoir de quelle façon il l’avait constituée, où il trouvait les objets, combien il les achetait, à qui, etc... Etant donné son importance, 899 objets répertoriés dans l’inventaire réalisé pour la donation, elle a sans doute été commencée avant l’acquisition du château. Castelnau lui permit de disposer librement de ses salles pour en faire un des premiers châteaux-musées, un peu dans la lignée de mécènes tels que le duc d’Aumale au château de Chantilly (Oise).
Quand Jean Mouliérat venait passer l’été dans son château, il y créait un univers d’histoire et de théâtre, qui lui rappelait ses vingt années passées sur les planches de l’Opéra-Comique. L’ensemble de la collection est disposé dans l’aile restaurée, dans laquelle il vivait. Chaque salle, à laquelle il a donné un nom, dégage malgré l’éclectisme des objets présentés, une harmonie particulière.
 

 

Extrait de l'article de Juliette LOBRY "Le château de Castelnau-Bretenoux au XIXème siècle... destin d'un monument historique" paru dans le Bulletin de la Société des Études du Lot, 4ème fascule 2003, Tome CXXIV, Octobre-Décembre 2003, pages 251-280.

 

 

Jean Mouliérat est né à Vers, à quelques kilomètres de Cahors, le 13 novembre 1853.
Il vient d’une famille plutôt aisée : son père, Etienne, est propriétaire de plusieurs gabares et tient l’hôtel de la Truite Dorée, qui existe toujours.
Jean est l’aîné d’une famille de cinq enfants : Jean, Adélaïde, Catherine, Emilie et Albert. Il passe son enfance en Quercy, où il est berger.

A vingt ans, il s’engage au 18ème régiment de Chasseurs à pied du fort de Rosny. Il y sera remarqué par son général de corps d’armée, le général Gaucher. Le 14 juillet 1875, ce dernier l’entend chanter l’Alsace et la Lorraine.

Recommandé à M. Grosset, professeur au Conservatoire national de musique et de déclamation de Paris, la carrière du futur ténor est lancée.

Jean Mouliérat en costume
de Don José, pour Carmen,
de Georges Bizet.
Collection J. Mouliérat, Château de Bretenoux.

 

Il est engagé à l’Opéra-Comique de Paris, où il interprète les plus grands rôles : Andréa, dans Le secret, d’Auber, sur un livret de Scribe, Wilhem Meister, dans Mignon, d’Ambroise Thomas, Tybalt dans Roméo et Juliette de Gounod, Don José dans Carmen de Bizet, Tamino dans La flûte enchantée de Mozart, Alfredo dans La Traviata de Verdi. En 1893, il brillera dans le Werther de Massenet, qui lui dédicaça une photographie, conservée au château. Atteint d’une maladie des cordes vocales, Jean Mouliérat met un terme à sa carrière en 1898. Il consacrera les trente-quatre dernières années de sa vie à Castelnau.


 

Le ténor ne vivait à Castelnau que la moitié de l’année. En effet, à la fin de sa carrière, il continua à garder des liens avec le milieu de l’Opéra-Comique. Il vivait donc une grande partie de l’année à Paris où il était membre du Conseil supérieur du Conservatoire national de musique. Il y fera entrer la jeune Jeanne Myrtale, future chanteuse lyrique, qui restera sa muse jusqu’à sa mort prématurée en 1931.
Par son amour des arts et de l’histoire, Jean Mouliérat ne tardera pas entrer dans le cercle des grandes figures politiques et littéraires locales. Il se lie d’amitié avec Henri Ramet, premier président de la Cour d’Appel de Toulouse. Passionné d’art et d’histoire, ce dernier est particulièrement attaché à la ville de Martel, à laquelle il consacre son ouvrage Un coin du Quercy. Après la mort de Jean Mouliérat, c’est lui qui accueillera les sociétés savantes venues visiter le château. Il écrit également en préambule de Un joyau du Quercy : Castelnau-de-Bretenoux une oraison funèbre qui témoigne de l’affection mutuelle que se portaient les deux hommes 32.
Il invitera également les nombreuses personnalités qu’il côtoyait à Paris à venir lui rendre visite dans son Quercy natal. Les salles du château deviennent alors “salons”, le lieu de rencontres entre grands esprits : s’y retrouvent Colette, Auguste Rodin, Louise Massenet. Ces visites sont souvent relayées dans la presse locale : le 17 octobre 1903, Le Réveil du Lot retrace la visite de la reine de Madagascar, Ranavalo. Henri Lavedan, de l’Académie française, séduit par la région, achètera le château de Loubressac, qui fait face à Castelnau. Le peintre Henri Martin, qui passe à Castelnau en 1898 songera à acheter celui de Montal, mais le propriétaire en demande une somme trop importante. Dans l’entourage immédiat de Jean Mouliérat se trouve également Anatole de Monzie, député du Lot, ancien ministre de l’Education Nationale. Il demeure à Saint-Jean-Lespinasse, à quelques kilomètres du château.

Jean Mouliérat participe aussi à la vie locale du Quercy. Il est l’ami du maire de Prudhomat, M. Jammes, et sera nommé conseiller municipal “d’honneur” de cette commune. Comme Gustave de Pradelle, il est admis dans la S.E.L. lors de la séance du 9 août 1897. Dès 1897, la presse locale reprend avec fierté les apparitions publiques de ce nouvel arrivant : le 25 Juillet, L’Indépendant du Lot relatait, en même temps que le Figaro ou que La Paix, le triomphe du chanteur invité par le ministre des Beaux-Arts à chanter pour le 14 Juillet “la fille du régiment” et “la Marseillaise”. La presse locale met également l’accent sur la générosité du ténor. La Dépêche du 5 octobre 1897 évoque un concert donné par le ténor à Saint-Céré en faveur des pauvres de la ville. Pendant la première guerre mondiale, d’après un article de La Dépêche du 8 août 1918, il donne des concerts “à Toulouse ou bien dans quelque hôtel inoccupé dont on ouvre pour lui le grand hall” afin de collecter des fonds pour les blessés. L’article poursuit :


L’an dernier, à l’hôtel de la source, dans le village d’Alvignac, où les buveurs d’eau affluent en été, il cueillait ainsi en une après-midi pour ses convalescents la jolie somme de 1.200 francs, et voici que cette année, le 11 août, il va recommencer.

Georges Renard, “Artistes et blessés”

Il fait partie des souscripteurs au Guide du Quercy, édité en 1907 par le syndicat d’initiative du Lot. Il en est un membre d’honneur avec Henri Lavedan.
Les articles publiés lui témoignent beaucoup de respect et de reconnaissance pour son activité au château de Castelnau.

 

Jean Mouliérat meurt le 20 avril 1932 à Paris. Il sera inhumé au cimetière Montparnasse. Le Figaro du 22 avril 1932 lui rend hommage :


Jean Mouliérat vient de mourir, il avait 79 ans. Son nom restera inséparable de notre Opéra-Comique où il fut pendant un quart de siècle le magnifique interprète du répertoire français […] Il laissera d’unanimes regrets et dans son pays natal, le plus beau château-musée médiéval qui existe en France, ce manoir de Castelnau-Bretenoux dont il avait fait une relique inestimable.


Quelques jours avant sa mort, le 8 avril pour la première partie, le dernier propriétaire avait fait rédiger devant Me Courcier et Me Burthe, notaires à Paris, l’acte de donation en faveur du ministère des Beaux-Arts. Cet acte juridique fixe le sort du château pour les décennies qui vont suivre.
“Le château ne pourra, à aucune époque, être affecté différemment qu’à un musée. Jamais comme hôpital, sanatorium, maison d’éducation, d’instruction ou de correction, établissement militaire”. Mouliérat, informé des différentes tentatives qui avaient eu lieu au XIXème siècle de réutiliser certains châteaux ou certaines abbayes, donne ainsi à vie une dimension artistique et historique au château.

Haut de la page


Quercy.net