Philippe GAUBERT,
flûtiste virtuose, chef d'orchestre et compositeur

(Cahors, 1879 -
Paris, 1941).

À partir de 1919,
il enseigna, au Conservatoire de Paris, la flûte ainsi que la direction d'orchestre ;
il fut également chef d'orchestre de l'Opéra.
On lui doit notamment trois sonates pour flûte (1925) et de la musique pour ballets.



Philippe Gaubert (1879-1941),
Grand Prix de Rome 1905,
chef d'orchestre à l'Opéra de Paris,
professeur de direction d'orchestre
au Conservatoire de Paris

Coll. Musica et Memoria, www.musimem.com

 

 

 

Cahors : le square Philippe Gaubert

 

Cahors : l'École  Intercommunale de Musique Agréée Philippe Gaubert

GAUBERT Philippe, flûtiste, compositeur et chef d'orchestre français (Cahors 1879 ‑ Paris 1941).

Élève de Paul Taffanel (1844-1917) au Conservatoire de Paris, il obtint le premier prix de flûte à l'âge de quinze ans. Avec son ancien Maestro il a écrit une Méthode pour flute qui est encore aujourd’hui un des ouvrages de fond pour l’étude de cet instrument.

Il travailla la composition avec Fauré et fut second grand prix de Rome en 1905. Depuis 1904, il secondait André Messager au pupitre de la Société des concerts du Conservatoire où il était également flûte solo. Il devait devenir un flûtiste virtuose sans égal et un chef d'une grande autorité et d'une grande sensibilité, tant au concert qu'au théâtre.

En 1908, il fut nommé professeur de flûte au Conservatoire, et, en 1919, professeur de composition. La même année, il devenait chef permanent de la Société des concerts du Conservatoire,  tandis que Jacques Rouché lui confiait la direction  musicale de l'Opéra.

Il assura de nombreuses créations parisiennes, notamment le Chevalier à la rose, Turandot, Elektra. Comme compositeur, il a laissé de nombreuses pièces, sonates et transcriptions pour flûte, un concerto pour violon, de la musique symphonique (Symphonie en «fa », 1936) et des ballets (Philotis, 1914 ; Alexandre le Grand, 1937 ; le Chevalier et la Damoiselle, 1941), dont les deux derniers sur des livrets de Serge Lifar.



J.-P. RODRIGO, Directeur de l'École Intercommunale de Musique de Cahors.


Programme de concert du dimanche 16 janvier 1938, par la Société des Concerts du Conservatoire, sous la direction de Philippe Gaubert, en hommage à Maurice Ravel décédé le 28 décembre 1937
Coll. Musica et Memoria, www.musimem.com


Pour Philippe Gaubert
, le « debussysme » de ses premières compositions n'apparaît plus que très discrètement dans les oeuvres de la maturité. Sa tendance néo-classique s'y affirme, mais elle est exempte de cette froideur qu'on relève trop souvent chez les artistes académiques.

Le Concert en fa, les fastueuses Inscriptions pour les Portes de la Ville, I'harmonieuse et puissante Symphonie en fa sont ses oeuvres maîtresses. Mais ses ballets : Alexandre le Grand et le Chevalier et la Damoiselle, demeurent ses meilleures réussites. De même que Caplet, Philippe Gaubert fit une brillante carrière de chef d'orchestre et présida aux destinées de la Société des Concerts de 1904 à 1936.

Il fut alors nommé directeur de l'Opéra. Il avait été un des meilleurs flûtistes de son temps.
 

Autres sites internet :