Pierre Poujade,
quand le papetier de Saint-Céré refuse de payer l'impôt et se lance en politique

1920-2003

Libraire-papetier, né le 1er décembre 1920 à Saint-Céré, d’un père architecte et d’une mère issue d’une grande famille d’agriculteurs.

Après des études secondaires, il devint apprenti typographe, linotypiste, avant d’exercer de nombreux autres métiers et de devenir l’homme Poujade, père du poujadisme et créateur de l’Union pour la Défense des Commerçants et Artisans, mouvement social en réponse aux nouvelles lois fiscales, et qui n’eut guère son pareil dans ces années-là.

Son ascension politique fut atypique et le fit rencontrer rapidement de grands noms de la politique – de son obédience ou pas –, tels que Georges Pompidou, le général de Gaulle, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand…
 

 

Homme politique français (Saint-Céré, Lot, 1920).

Commerçant à Saint-Céré, il fonda, en 1953, l'UDCA (Union de défense des commerçants et artisans) et fut à l'origine d'un puissant mais éphémère mouvement de lutte contre une fiscalité jugée oppressive. En 1978, il lança l'Union de défense des libertés (UDL).


Poujadisme: le mot s'applique au mouvement de Pierre Poujade. Par extension, il se rapporte à un mouvement conservateur fondé sur des attitudes corporatistes et sur le refus d'une évolution socio-économique. - poujadiste


La flambée poujadiste

L’éphémère flambée de mécontentement des petits commerçants et artisans incarnée par le mouvement de Pierre Poujade donnera à l’extrême droite une première occasion d’exploiter un malaise social. Fondée en 1953, l’Union de défense des commerçants et artisans (U.D.C.A.) obtient 52 sièges et 11,6 p. 100 des voix aux élections législatives de 1956 (liste Union et fraternité française). Mais le mouvement va se désagréger faute de véritable cohérence.

Ces petits commerçants refusent leur disparition programmée; ils font irruption dans le champ politique parce qu’aucune force n’assure leur représentation. Cependant ni Pierre Poujade ni les commerçants qui le suivent ne défendent à proprement parler une idéologie d’extrême droite. Mais leurs revendications sont exploitables par cette mouvance, qui n’a par ailleurs obtenu que 1,2 p. 100 des voix sur trois listes (dont le Rassemblement national de Jean-Louis Tixier-Vignancour). Des militants d’extrême droite saisissent l’occasion de retrouver à la fois une base et un rôle politique. Plusieurs «poujadistes» par opportunisme sont de fait toujours actifs au sein de l’extrême droite des années 1990, à commencer par Jean-Marie Le Pen.
Encyclopædia Universalis

 


UDCA

Il fonda en 1953 l'Union de défense des commerçants et artisans de France qui manifesta contre les contrôles fiscaux, préconisant le refus de l'impôt

UDCA : Abréviation signifiant : Union de Défense des Commerçants et des Artisans.
Groupe politique né en 1953 à l'initiative de Pierre Poujade. Ce groupe de pression vise à défendre les intérêts des artisans et des petits commerçants qui craignent d'être tenus à l'écart voire victimes de la modernisation d'après la Seconde Guerre mondiale.

Ce mouvement politique atteint son apogée lors des élections législatives de 1956 où il obtient 11,4% des voix. Il s'organise alors en parti politique proche de l'extrême droite : l'Union et fraternité françaises.

Dès 1957, ce parti décline peu à peu puis disparaît de la vie politique.

 

 

 
La mort de Pierre Poujade, précurseur d'un nouveau populisme
LE MONDE | 28.08.03 | 12h56

L'ancien dirigeant de l'Union de défense des commerçants et artisans, décédé à l'âge de 82 ans, fait la transition de Jacques Doriot à Jean-Marie Le Pen. L'intrusion du poujadisme dans la vie politique française a marqué la fin de la IVe  République.

Rares sont ceux qui, comme Pierre Poujade, mort mercredi 27 août 2003, à 82 ans, dans sa maison de La Bastide-l'Evêque (Aveyron), ont le privilège de léguer à la postérité un "isme" accolé à leur patronyme. Retiré, depuis une trentaine d'années dans son exploitation agricole d'où il s'efforçait de promouvoir le topinambour comme carburant d'appoint, cette personnalité saillante des années 1950 a fourni un style et un nom au premier populisme protestataire à se frayer un chemin jusqu'au Parlement dans la France d'après 1945.

Le poujadisme peut se définir comme une rébellion sectorielle érigée en vision du monde puisant dans le répertoire de la révolte contre les "gros", le fisc, les notables et le rejet des "intellectuels" au nom du "bon sens", des "petites gens".

Comme l'écrivit un contemporain, le sémiologue Roland Barthes, qui lui consacra deux de ses Mythologies(Le Seuil), l'homme prétendait à une "vérité mythologique" et considérait "la culture comme une maladie", "ce qui, concluait Barthes, est le symptôme spécifique des fascismes".

Né à Saint-Céré (Lot) en 1920, Pierre Poujade a pour père un architecte disparu prématurément. Frais émoulu d'une école religieuse, le voilà qui milite dans le mouvement fasciste de Jacques Doriot, le Parti populaire français. Pendant l'Occupation, séduit par la "révolution nationale" du maréchal Pétain, Poujade rejoint les Compagnons de France. Mais après l'invasion de la "zone libre" par les Allemands, fin 1942, il s'évade en Espagne et s'engage dans l'aviation à Alger. Soit un itinéraire classique de jeune "vichysso-résistant" qui lui permet de rencontrer sa femme, Yvette, une "pied-noir" qui lui donnera cinq enfants.

De retour à Saint-Céré, il devient représentant en papeterie. D'où le surnom de "papetier de Saint-Céré" qui accompagne l'incursion de "Pierrot" dans la vie politique troublée de la IVe République. Tout commence le 22 juillet 1953, dans un contexte où l'image et la situation du petit commerce sont bousculées par les souvenirs des profits liés au marché noir tandis que les Français rêvent de drugstores et de Prisunic.

L'amnistie fiscale accordée par Antoine Pinay en 1952, laisse du temps libre aux "polyvalents" qui s'abattent alors sur les petits commerçants et artisans. Alerté par un conseiller municipal communiste (le PC se démarquera ensuite violemment de lui), Pierre Poujade met spectaculairement en déroute une vingtaine d'inspecteurs du fisc. Dès lors, l'ancien amateur de rugby va voler de succès en succès. L'Union de défense des commerçants et artisans (UDCA) est fondée le 29 novembre 1954. Toute l'année 1955 sera marquée par les "coups" des poujadistes contre les contrôleurs des impôts. La campagne électorale de 1955-1956 se fait au cri de "sortez les sortants !".

Les dérapages se succèdent. Lors d'un débat à l'Assemblée nationale, Pierre Poujade ôte sa veste, créant par ses strip-teases répétés un véritable style dont raffole la grande presse, comme Paris Match, au faîte de sa diffusion.

Plus graves sont les propos xénophobes ou antisémites dont les meetings de l'UDCA sont truffés : "Mendès... (dent de lait) n'a de Français que le mot ajouté à son nom." " Avouez que la santé, comme le sang des nôtres, vous vous en moquez éperdument", lance-t-il à Pierre Mendès France qui vient de faire abolir le privilège des bouilleurs de cru et s'efforce de lutter contre l'alcoolisme. Evoquant en 1970 un meeting qui, le 24 janvier 1955, rassemble à la porte de Versailles des dizaines de milliers de militants, Pierre Poujade, cherchera à prouver sa bonne foi de démocrate. Il n'aurait eu alors qu'un geste à faire pour marcher à la tête de ses troupes sur l'Elysée ou le Palais-Bourbon...

Contre toute attente, l'UDCA, qui regroupe alors 400 000 adhérents, rafle 52 sièges à l'Assemblée nationale, le 2 janvier 1956 (2,4 millions de suffrages). Parmi les entrants, un tout jeune député qui fait ses premiers pas en politique : Jean-Marie Le Pen. Pierre Poujade ne tarde d'ailleurs pas à se fâcher avec "le beau garçon avec une gueule terrible". Il lui reprochera d'avoir tenté un noyautage de l'UDCA au profit de personnalités d'extrême droite comme Me Tixier-Vignancourt. Le Pen, de son côté, s'irrite du peu d'entrain que Poujade manifeste, selon lui, pour la conquête du pouvoir.

Le poujadisme ne tarde pas à être recouvert sous les péripéties de la guerre d'Algérie - beaucoup de ses sympathisants sont "Algérie française". Le retour au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958 met fin à la période faste.

Le mouvement s'étiole. Pierre Poujade soutient, en 1965, la candidature de Jean Lecanuet à l'élection présidentielle, tout en refusant d'en appeler à voter pour l'ennemi de naguère, François Mitterrand (à qui il finit par se rallier en 1981 et 1988). En 1995, il opte pour Jacques Chirac.

Devenu objet de curiosité plutôt qu'acteur à part entière, Pierre Poujade s'est encore déclaré favorable dès 2001 à la candidature de Jean-Pierre Chevènement. L'homme n'a cessé de poursuivre de sa vindicte imitateurs ou héritiers présomptifs, de Gérard Nicoud, qui réveille la contestation des petits commerçants dans les années 1970, à Jean-Marie Le Pen. A propos du président du FN, il s'exclamait en 2002 qu'il "aurait mieux fait de -se- casser une jambe que d'en faire un député". Contrefaçon ou pas, le populisme version Poujade a fait école.

Nicolas Weill

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 29.08.03



A la papeterie Poujade

Dans la rue de la République, à Saint-Céré, la boutique du papetier Pierre Poujade avait fière allure. Au premier étage, le fondateur de l'Union de Défense des Commerçants et Artisans avait installé les locaux de son mouvement.
La Dépêche du Midi, 30/08/20032
 



La véritable histoire du poujadisme

Il y a eu, en 1954, la création de l'Union de défense des commerçants et artisans par Pierre Poujade. Orateur-né, le petit libraire de Saint-Céré avait ramassé dans le ruisseau l'étendard de la révolte. Déclarant la guerre à ce qu'il ne craignait pas de surnommer la "Gestapo fiscale", Poujade refusait aux contrôleurs l'entrée de sa boutique. Devant son exemple, d'autres portes se fermèrent au nez des enquêteurs de l'administration. Les C.R.S. envoyés en hâte ne purent rien. En quelques semaines, soixante départements organisaient la résistance jusqu'à une assemblée plénière qui remplit le Vél'd'Hiv'.

Aux élections suivantes, Poujade, inventeur d'une philosophie du refus nommée poujadisme, se retrouve avec cinquante-deux députés à l'Assemblée nationale. Il publie un livre, il relance l'action permanente, il entreprend un tour de France triomphal.

La jacquerie donnera des sueurs froides à plusieurs gouvernements, mais n'ira pas aussi loin qu'on le redoutait. Poujade fit de mauvaises affaires et ne se montra pas insensible aux propositions concrètes et aux contacts humains. Surtout lorsque ces derniers se situaient dans un palais national.

Par la suite, Poujade tente en vain de reprendre une place sur l'échiquier politique et social. En 1974, il lance une société anonyme superbement intitulée "Confiance", dont l'objectif est de couvrir la France de trente centrales d'achat qui, "au cœur de la distribution traditionnelle, concurrenceront la mafia des grossistes financièrement liés aux supermarchés". Quatre ans plus tard, et afin de se positionner pour les élections européennes, il annonce son intention de réunir un conclave d'une semaine dans son domaine de La Bastide-l'Evêque à l'usage des intellectuels non fatigués, des associations professionnelles et des gens de bonne volonté qui sont restés poujadistes dans l'âme. Les observateurs s'avisent alors que Poujade ne réunit plus autour de lui que deux mille militants inconditionnels et que ses idéaux qui avaient remué un temps la France profonde sont devenus caducs ou ont été récupérés par Gérard Nicoud.

Haut de la page


Quercy.net