Lauranne pages occitanes Quercy.net
   Accueil  -  Langue  -  Auteurs  -  Musiques  -  Radios  -  Liens  -  Occitan          

AUTORS CARCINOLS  -  AUTEURS QUERCINOIS

 

Lauranne

Artiste qui vit à Souillac en Quercy et qui s'intéresse à la langue occitane en faisant traduire ses poésies. Elle pratique performance, dessin, peinture, art postal, poésie et écriture de nouvelles.

La soue  Tango  |  Nostang  |  Estèlas

 (Reviradas occitanas : T. Aconicia)    
Visitez son site internet

 

 

La sot

 

Vila estreita
Vila vilaret
Sota los passes mieus se trucan las carrièras
Se rescontran las fenèstras
Aici en tu me perpensèri
M'escafalèri aici
Aici me perpensèri a pas res

 

Desertosas carrièras de noms sens nom : Carrièras del Pressoir, del Lavoir, de la Halle, de la Frégière, de la Recège, de la Gourgue, La Sourde, del Maquis, del Canal, de la Fontaine, camin dels Ayrals, de Croquet, estradas de l'Arbre Rond, de las Aubugues,. Plaças de las Toiles, del Puits, del Figuier, del Rajol, de l'Abbaye ?

Lo truèlh ont esta el ? Qu'es aquò que la recège ? Aladonc, causas desconegudas, una arma qu'avètz vosautres ? Frejas ribièras, estreitas sendarelas… Dequont venètz ?

 

Plaças desertosas de noms de noms : plaça Doussot, Sim Copans, Pierre Betz,

Benettou, Roucou, Barnicou, placetas Chapou, Delmas, Vitrac, andanas de Verninac, Feiral Marsalès.

Qual son elis ? Las plaças las coneissi elas sens qu'als òmes conescai.

 

A mi mai familharas son las carrièras de Sarlat, de Denny, de Louqsor sens l'Obelisque, l'avenguda de Verdun.

Que m'adomergiguèt el lo quite Obélisque ;

L'aucèl aquèl sens alas ablasigat per de las plumas de falsièra que fotocopièron sens amor, inabitat caval de Troie, desconvenent e de contunh desvestit, acotat qu'esta dins l'alquitran que s'i pausan de passa los aucèls e mai pòbles passadisses .

 

[..]

D'enluòc estau

Dins la vila vilaret soi aital coma un Capairon Roge

Que traça lo sieu caminòl a tustassals de mèmoria de frima

Passat d'Argèria tornat composar sota del Pairegrand lo Chabròt e mai la Mica.

Bretonas remembrenças bategant jols parlars perduts dels fraires

Membrança parisenca subre los tornavents tampats dels ostals del Causse

Nanetas las carrièras aici de la mia pagèla son

Soncas las carrièras

Te m'empèguet de las bòtas de sèt lègas la vila vilaret

D'en per aici estau e mai d'endacòm mai

Aici quora òm es d'endacòm mai d'enluòc òm es

Estant qu'òm n'es ges d'en per aici

Endacòm mai, d'en per aici estau.

 

 

La Soue

 

Ville étroite
Ville village
Sous mes pas les rues se cognent
Les fenêtres se rencontrent
Ici j'ai pensé à toi
Ici j'ai rit
Ici, je n'ai pensé à rien

 

Rues désertes aux noms sans nom: Rues du Pressoir, du Lavoir, de la Halle, de la Frégière, de la Recège, La Gourgue, La Sourde, du Maquis, du Canal, de la Fontaine, chemin des Ayrals, de Croquet, routes de l'arbre Rond, des Aubugues, Place des Toiles, du Puits, du Figuier, du Rajol, de l'Abbaye ?

Où est le pressoir ? Qu'est-ce que la recège ? Objets inconnus, avez-vous donc une âme ?

Froides rivières, étroites sentes… D'où venez-vous ?

 

 

Places désertes aux noms de noms : place Doussot, Sim Copans, Pierre Betz,

Benettou, Roucou, Barnicou, squares Chapou, Delmas, Vitrac, allées de Verninac, Foirail Marsalès

Qui sont-ils ? Je connais les places sans connaître les hommes.

 

Les rues de Sarlat, de Denny, de Louqsor sans l'Obélisque, l'avenue de Verdun, me sont plus familières.

L'Obélisque même m'a apprivoisée.

Cet oiseau sans ailes meurtri de fausses plumes photocopiées sans amour,

Cheval de Troie inhabité, incongru et toujours déshabillé, pris dans le goudron où se posent oiseaux de passage et peuples migrateurs.

 

 

[..]

Je suis de nulle part

Je suis dans la ville village comme un Chaperon Rouge

Traçant son chemin à coups de fausse mémoire

Passé d'Algérie recomposé sous le Chabrot et la Mique du Grand-père

Souvenirs bretons palpitant sous les accents perdus des frères

Mémoire parisienne sur les volets fermés des maisons du Causse

Les rues naines sont ici à ma taille

Les rues seulement

La ville village m'a collé des bottes de sept lieues

Je suis d'ici et d'ailleurs

Ici, quand on est d'ailleurs, on n'est de nulle part

Puisqu'on n'est pas d'ici

Ailleurs, je suis d'ici

 

 

Lauranne

(Souillac, le 7 juillet 2002)


Le Pont Louis Vicat sur La Dordogne (Photo Lauranne)

 

Tangò. Tangò.
 
De badas saluda la dròlla del diadèma.
Degun l'agaita pas ela levat l'ombra sieuna.
Virona l'uèlh al fons del traucàs serpatièr.
Bèl brieu i a que las insanas cabaladuras te l'acabèron lor manètge.

Tangò. Tangò.
Aital coma un animal taravelat de metal, espingolat sus de secador.
Vira te que viraràs, dins l'arena.
Treslusissètz, vestits de lutz !
De las colors l'orba trapèla subre la feràmia se tornet tancar.
Tango. Tango.
 
La jeune fille au diadème salue inutilement.
Nul ne regarde que son ombre.
Vrille l'oeil au fond du trou serpent.
Les chevelures insanes ont depuis longtemps cessé leur manège.

Tango, tango.
Comme un animal transpercé de métal, épinglé sur du buvard.
Tourne, tourne, dans l'arène.
Brillez, habits de lumière !
Le piège aveugle des couleurs s'est refermé sur la bête.


foto del Jacques Rouby.
Solhac. 2001

Nostang

Quand pesucs de dobtanças los sòms se fan
Quand del bòsc tornan los drollets
Mentre que los lops
Ne sortisson eles
Quand entremièg los gauges nòstres que fan renguièras los ans
Atal coma los clavèls
De las portas
Quand de badas desfan los solelhs las costumas
Que de las nòvias los savis risets se destinan al debrembièr
E que tornarmai se dessenhan de las palusèlas los ribals
Nuds
Quand del còsses alassada se desfa l'amarra e los desnosa eles
Quand demest los schòrres trescolats la sià clòsca s'acorbaissa la maréia

Te s'estrenhon elas las tartarassas
Quand engulits lors crits per del cèl la davalada
De las sendarelas s'avalisson los aucèls
Se negreja ela l'aiga a las lucas d'aqueles que landran
E de las velas que jamai non existiguèron s'espacejan davant
La cròsa
Del còr lor

A la fenèstra estau
E mai del pentiment la mostrosa preséncia
Dreita
Te me ten

Nostang

Quand les sommeils se font lourds d'incertitudes
Quand les enfants rentrent du bois
Comme les loups
En sortent
Quand les ans font rangs entre nos joies
Comme les clous
Des portes
Quand les soleils défont pour rien les habitudes
Que les rires sages des mariées se destinent à l'oubli
Et que les rivages des marais se dessinent à nouveau
Nus
Quand l'amarre se défait lasse des corps et les dénoue
Quand la marée fait tête basse parmi les schorres évanouis

Les engoulevents s'étreignent

Quand leurs cris dévorés par la descente du ciel
Les oiseaux disparaissent des sentes
L'eau se fait noire aux yeux des marcheurs
Et des voiles qui n'ont jamais existé se promènent devant l'abîme
De leur cœur

Je suis à la fenêtre
Et la présence monstrueuse des remords
Me tient
Debout


Nostang, août 2000


Rives de La Dordogne à Souillac
 (Photo Lauranne)

Estelas

Dins las nuèches davali
De fòc cremada soi
Mossegada freja de las nuèches ermassidas
Dins la tenèbra davali
Que me trauca l'esquina l'uèlh de cròsa
Al sòl lo crètge soi
De la plaga tornada tampar la sagnadura viva

Pòts de mèlas afustats
Dins lo murtre del jorn davali
Sul frònt del cèl desplegui las velas de terra
M'engulis la negrura
E mai s'amudis lo messatge
Trabuca l'anada jol vam alentit

Estelas ont sètz vosautres ?


Arpian las visions de la lamiòla las lucas
De longa de la revelacion la pudesina esperi
Dels cadavres la santa redoléncia
Mas cap a tu davali
De las soscadas negrura
E los mieus rens lo freg engulis

Per la boca mia se tampan lo cuol las farfantelas
Subre la terra se trencan las onglas dels aprendissatges
De freja terra claufida soi
Sens acabada es la davalada
Mai glaçat que la messorga es del ventre lo còr
E se son dissòlgudas las piadas

Detadas ont sètz vosautres ?

Jos l'astre dels tombèls nuda soi
E clapan los mieus òsses jos la quichada
De solesa los vèrses aculhissi
Del enguliment las dents englandadas
Mas plòu d'esglasi lo mieu còrs sus las pèiras

Totjorn mai debàs los cadèls espotits son
S'enauran las ronhas jos las redolencias
Dins las crostàsses davali
Que fan bescòr las bafiòlas dels rulles falses cagals
Dels membres la popa esquinçada
Las esventracions

Lagremas ont sètz vosautres ?

Res mai respond pas dins la carn
E de las lodas lo silenci

Davalar tant prigond que ne sera taravelada la nuèch
Davalar al cròs de las cachavièlhas
Davalar lo còrs al fons del traucàs
Cremar de freg dins la perversa tombada

Estelas
ont
Sètz
Vosautres

?

Étoiles

Je descends dans les nuits
Je suis brûlée de feu
Morsure froide des nuits désertées
Je descends dans la ténèbre
L'œil de tombe qui me perce le dos
Je suis la cicatrice au sol
La saignure vivante de la plaie refermée

Lèvres de lames affûtées
Je descends dans le meurtre du jour
Je déploie les voiles de terre sur le front du ciel
La noirceur me dévore
Et le message se tait
La marche trébuche sous l'élan ralenti

Étoiles, où êtes-vous ?

Les visions griffent les yeux du squale
J'attends toujours la puanteur de la révélation
L'odeur sainte des cadavres
Mais je descends vers toi
Noirceur des rêves
Et le froid dévore mes reins


Par ma bouche les illusions se bouchent le cul
Les ongles des apprentissages se cassent sur la terre
Je suis emplie de terre froide
La descente est sans fin
Le cœur du ventre est plus glacé que le mensonge
Et les traces se sont dissoutes

Empreintes, où êtes-vous ?

Je suis nue sous l'astre des tombeaux
Et mes os claquent sous la pression
J'accueille les vers de solitude
Les dents brisées de la dévoration
Mais mon corps pleut de terreur sur les pierres

Toujours plus bas les chiens sont écrasés
Les croûtent se lèvent sous les parfums
Je descends dans les escarres
Les cloques nauséeuses des faux avortons repus
La pulpe lacérée des membres
Les éventrations

Larmes, où êtes-vous ?

Plus rien ne répond dans la chair
Et le silence des boues

Descendre si profond que la nuit en sera traversée
Descendre au creux des cauchemars
Descendre le corps au fond du trou
Brûler de froid dans la chute perverse

Étoiles,

Êtes
-
Vous
?

Souillac, le 22 novembre 2001