lenga occitana - Quercy net
   Acuèlh  -  Lenga  -  Autors  -  Musicas  -  Radios  -  Ligams  -  Français          

AUTORS CARCINOLS  -  AUTEURS QUERCINOIS

 

Sylvain Toulze
(1911-1993)

Grand Prix  Fabien Artigues 1943

 

 Sa vie  |  Somi  |  Rocamadour  |  Lo vielh boier

 Prima  | La centena de mon païs

 

 

 

   Sa vie

Le village de Trespoux-RassielsL'abbé Sylvain TOULZE (Silvan TOULZA) 1911-1993 est né au Cayre Commune de Gréalou dans le Lot.

Il a été curé de Trespoux Rassiels de 1939 à 1991

Président de l'école occitane de 1973 à 1989 et Directeur des pélerinages d'occitanie à Lourdes de 1973 à 1989

Majoral du Félibrige en 1961

Membre de l'académie des jeux floraux.

 

  Somi : extrait de "La Canta del faïdit" (chants d'exils)

SOMI
Per ma Maire

L'ola gargota e la Mamà
s'espèrta tot parlar e rire;
la taula s'acata d'un pan blanc
coma los felhons d'un lire.

Lo canhôt fringa a mon cambal,
Agachi, drech subre la porta,
l'oncle qu'arriba del trabal,
e lo contentament lo porta.

De tornar veire coma antan,
uèi, a sa plaça, cada causa,
lo cor me sauta: bèla pausa
n'aviá que ne languissiai tant !

Plus de pensament ! Lo temps orre
del long caitivier avalís... (1)
La Mamà mençona ma sorre
que vendrà lèu e lo païs...

O meus, de n'ausir las novèlas,
viri los èls drech lo temps blau,
car s'emplenarián de gramèlas
se los pausavi sus vos-aus !

Caitivier , del latin " captus " :
la lenga d'oc apariaria atal
aganiment e captivitat !...

 

REVE
A ma Mère

La marmite chante et Maman
s'affaire et parle, souriante;
la table se couvre d'un pain blanc
comme un pétale de lis.

Le chien se frotte dans mes jambes.
Je regarde, droit sur la porte,
mon oncle qui vient du travail,
et le contentement le porte.

A voir de nouveau comme antan
chaque objet à la même place,
mon cœur bondit: j'en languissais
depuis tellement de semaines !

Finis les soucis ! Le temps sombre
de la longue faim (1) disparaît...
Maman me parle de ma sœur
qui va venir-et du pays...

O miens, d'en ouïr les nouvelles,
mes yeux s'en vont dans le temps bleu,
car ils se rempliraient de larmes
si je les reposais sur vous.

En langue d'oc " Caitivier "
qui signifie " Faim ",
vient-il du latin " ?
La langue établirait une équivalence
entre faim et captivité

 


    • Rocamador : extrait de "La Canta del faïdit" (chants d'exils)

ROCAMADOR

Quand torna lo faidit, las rotas son tant bèlas !
Ne vola !... A cada crotz s'escaudura son cor;
mas al darrier virat polsa talament fort
que s'acranca davant l'ostal tot en gramèlas.

Ara qu'ai tle plan luènh, dins totas tas capèlas,
Maire, ofrit per caduna una flor de mon ort,
triga al paure romiu d'atenge enfin lo bord
del abissi prigond coma un ser plen d'estèlas

per veire del Alzon escalar dusca al cèl,
tot un sul autre, ostals, glèias, roc e castèl,
dins un ennairament de pèiras e de gloria !...

A ! se podiai, parier, me gandir de tot mal,
a ne pèrdre d'amont quitament la memoria
e sentir demenir ço qu'es pas eternal !

 

ROCAMADOUR

Quand l'exilé revient les routes sont si belles !
Il vole !... A chaque croix son cœur devient plus chaud;
mais au dernier virage il bat tellement fort
qu'il s'arrête devant sa maison, tout en larmes.

Ores que j'ai de loin, dans toutes tes chapelles,
Mère, de mon jardin apporté quelque fleur,
il tarde au pèlerin d'atteindre enfin le bord
de l'abîme profond comme un soir plein d'étoiles,

pour voir escalader de l'Alzou jusqu'au ciel,
d'un seul élan, maisons, églises, roc, château,
dans une ascension de pierres et de gloire !...

Ah ! puissé-je de même échapper à tout mal,
au point que de là-haut j'en perde la mémoire,
évanoui de moi ce qui n'est éternel !

 


    • Lo vielh boier : extrait d' "Al clar del temps" (Les couleurs du temps)

LO VIELH BOIER

Levat a la primauba aquel matin d'estiu,
Coma a fach a tengut cinquanta ans de seguida,
Va tot drech, pas pesuc, mas la garra solida,
A la granja... Sab pas d'endrech pus agradiu

Cante a plen gargalhol l'auselum del Bon Dieu
E l'esclaire del temps enflore l'espandida,
Se'n trufa; lo solelh i agrada per qu'avida
Las denadas que res es pas trop aboriu.

Ardit, petit !... Subran lo vielh boier s'acranca
E se passa la man sus la facia pus blanca
Que s'avia ressachut un brave escopetal !

Los seunes bious ? Partits ! Los an pres a la fiera !...
Anava apasturar coma se res non èra...
Se'n torna amb tot lo fais de la vida a l'ostal !

LE VIEUX BOUVIER

Levé au point du jour en ce matin d'été,
Comme il fit constamment cinquante ans de suite
Il va tout droit, le pas lourd, mais le jarret solide,
A l'étable... Aucun lieu ne lui plaît davantage !

Les oiseaux du Bon Dieu peuvent chanter à pleine voix
Et la clarté du jour fleurir l'espace,
Peu lui chaut; le soleil lui agrée parce qu'il mûrit
Les récoltes qui ne sont pas trop adventives.

Hop ! en avant !... Soudain le vieux bouvier s'arrête
Et se passe la main sur la face plus pâle
Que s'il avait reçu une paire de claques !

Ses boeufs ? Partis ! On les a conduits a la foire !...
Il allait les soigner à l'accoutumée...
Il traîne à la maison le fardeau de la vie !

 


    • Prima : extrait d' "Al clar del temps" (Les couleurs du temps)

Haut de la page

PRIMA

Aqueste matin la prima a florit.
Al canton, de tant l'ivèrn tirossava,
Fasiai pas moment que roflès, la saba
Pegosa, als borrons per soca e garric.

A solelh-levat ai trobada l'auba
Nova estrementida al mèch del felhum,
Cenchada de verd, vestida de lum,
Portant tot lo cèl espandit per rauba !

Lo bresilhadis que plan s'endeven
Dels ausèls que fan cantar la randura,
Torna devolzar de fial en cordura
Lo temps fugidis, fringaire del vent...

Troban pas curos qu'alargue, la prima,
L'embelinament d'aquel reviscol,
Los joves qu'an pres la vida pel col
Sens saure qu'un jorn passis e se rima.

Mas lo monde d'atge, al bèl mes d'abrial,
En colar lo vin de la sovenença,
Soscan que cadun n'a qu'una jovença,
Nimai las sasons umanas qu'un bal !...

Mes de verda espera ! Amara florida
De veire avalir lo temps agradiu,
S'avian pas la paraula del Bon Dieu
De reviscolar per tota la vida !

 

PRINTEMPS

Ce matin le printemps est en fleur.
Au coin du feu l'hiver s'attardait tellement
Que je ne prenais pas garde à la montée de la sève
Poisseuse aux bourgeons des ceps et des chênes.

Au lever du soleil j'ai trouvé l'aurore
Neuve frémissante au milieu des feuilles,
Ceinte de verdure, vêtue de clarté,
Portant la profondeur du ciel pour robe !

Le gazouillis parfaitement cadencé
Des oiseaux qui font chanter la haie
Dévide a nouveau de fil en aiguille
Le temps éphémère, amoureux du vent...

Ils ne s'étonnent pas que le printemps étale
L'enchantement de cette renaissance,
Les jeunes qui ont pris la vie dans leurs bras
Sans savoir qu'un jour, fanée, elle se ride.

Mais les hommes d'âge, au beau mois d'avril,
En soutirant le vin du souvenir,
Songent que chacun n'a qu'une jeunesse
Et rien qu'un bail les saisons humaines !...

Mois de vain espoir ! Amère floraison
De voir s'évanouir le temps si beau,
Si nous n'avions pas la promesse du Bon Dieu
De ressusciter pour l'éternité !


    • La centena de mon païs : extrait d' "Al clar del temps" (Les couleurs du temps)

LA CENTENA DE MON PAIS

Cu vol del Carcin trobar la centena
Cercarià de bada en glèisa e castèl:
Torre ni cloquièr fan pas gaire trièl
Dins tot lo païs ont l'auta besena.

Vistalharà pas los quites ostals
Qu'i ris al temps clar e siaud la menina
Entre que'l colomb rocona e chaupina
La lutz sul balet pels teules canals.

Que de la rivièra oblide la crida !
Olt, Celer, Dordonha i cenchan d'armèls
Embelinaires de pibols rossèls
Trop bel tenement de prima florida !...

Mon Carcin, se vos lo coneisse, amic,
Sèg-me qu'anarem lonh de cap de vila,
De ço passadis que creis e s'apila,
Pel Causse ont veiras l'etèrne garric

Cordurar suls pèchs l'orle de l'esclaire
Qu'aluquèt, primier, un cande matin,
L'ome d'orient botat a camin
Per veire ont lo solelh s'anava jaire !...

I passarem pas quand lo vent d'abrial
Graciusa los marcs e las gaissas primas:
La vielha retorna e rescond sas rimas
Jos la posca d'aur del felhum gadal.

Mas a fin d'ivèrn, quand lo lum capela,
Sens i pesar mai qu'un rire d'aujol,
Lo trop secadier coden carcinol,
Son ama li flora amb la pimparela.

Los casses a bodre escalan termals,
Acatan la plana e sailan la sèrra;
Un garda de genibres un cop-èra,
Tropèl acaumat a flor dels gresals !

Renvers qu'es peiros a tant bèl abonde
Qu'entremech de nauts rastèls de parets
Los camins dubèrts i tracan cap-drech
Los bosces dempei que lo monde es monde

Tornèssen los vièlhs, lor agradaria
D'entendre lo tindadis d'una esquila
Far s'estrementir la claror qu'espilla
Dins l'arbrum rossèl coma bèl-temps-a;

En seguir las carretals conegudas,
De veire a l'espèra al vielh forcadis
Causas e baudors dels jorns corredis
Dins la negra mort antan rebondudas !

I anam al balans longaine del temps
Cercar lo bocal d'una pèira grossa:
Qun mascle praquo lo que ne trigossa
Los marrocs pesucs sens plegar los rens,

Un jos cada bras, un sul cap, e arri !...
Mas amor qu'aici las magrièras fan
D'un estiu sens aiga un ivèrn sens pan,
Cava de laquets, o bon Sant Naufari,

Que los pastorels sempre i menaran
Beure lors borrets, anhels e vacivas,
Avant d'i levar de tendas de grivas
Quand lo cantalés agrempis lo ram.

Los recata apei cabana redonda
Bastida empenada amb de pèira, al biais
Del païs astruc que l'auba li nais
Delai la costièra ont la mar s'abronda...

Milanta e milanta ostals de grandor
Que l'ome a quilhats contra las temporas,
Lo quite castèl, o rèi, que t'arboras,
Cason... Entrestant ten l'arrucador !

Es coma la gleva ! I plantan l'araire;
Verdeja e floris, lo magre coden;
Pèi, tant-lèu sortit lo solelh ardent,
La frucha adelis per avans que vaire...

Mas lo monde aici revèrtan la flor
Qu'a tengut se vira a l'escandilhada:
An bastit casèla e peira levada
Pro naut, sus d'airals rajants de calor,

Per veire, lifrant l'espandida usclada
Que lo pè-del-cèl enroda de lum,
Al rire del temps linde tremolum,
L'ama del Carcin dins la solelhada !

L'ESSENCE DE MON PAYS

Qui veut savoir le propre du Quercy
Hanterait en vain église et château:
Tours ni clochers ne diffèrent guère
Dans tout le pays où l'autan halète.

Il ne visitera pas même les maisons
Où l'aïeule sourit au temps clair et doux,
Cependant qu'un ramier roucoule et piétine
La lumière sur l'auvent parmi les tuiles creuses.

Qu'il oublie l'appel des vallées !
Lot, Célé, Dordogne y ceignent d'anneaux
Enchanteurs de peupliers blonds
Trop belle aire de printemps fleuri !...

Mon Quercy, veux-tu le connaître, ami,
Suis-moi: nous irons loin de toute ville,
Des choses éphémères qui croissent et s'effondrent,
Sur le Causse ou tu verras le même chêne

Couturer sur la colline l'ourlet de clarté
Que contempla le premier par un limpide matin
L'homme d'orient qui avait pris la route
Pour voir ou le soleil allait dormir !...

Nous n'y passerons pas quand le vent d'avril
Bruit dans les rameaux et les jeunes pousses:
La vieille (nature) reverdit et cache ses rides
Sous la poussière d'or du gai feuillage.

Mais à la fin de l'hiver, quand la lumière couronne,
Aussi légère qu'un sourire de vieillard,
Le trop aride sol quercinois,
Son âme y affleure avec la violette.

Chênes a foison gravissent le côteau,
Couvrent le plateau et enveloppent la colline;
L'un d'eux parfois garde des genevriers,
Troupeau moutonnant au bord des friches !

Pentes tellement riches en pierraille
Qu'entre les hautes crêtes des murs
De larges chemins rectilignes percent
Les forêts depuis que le monde est monde !

Si les anciens revenaient, ils aimeraient
Ouïr le tintement d'une clarine
Faire trembler la clarté qui tombe goutte à goutte
Dans la futaie rousse comme au temps jadis;

A suivre les voies charretières connues,
De voir à l'affût au vieux carrefour
Objets et bonheurs des jours éphémères
Dans la noire mort antan disparus !

Nous y allons a la lente cadence du temps
Chercher l'ouverture d'un dolmen:
Quel hercule en vérité celui qui en porte
Les énormes blocs sans plier l'échine,

Un sous chaque bras, un sur la tête, et hop !...
Mais vu qu'en ce pays le sol maigre fait
D'un été sans eau un hiver sans pain,
Creuse des lacs, o bon Saint Namphase,

Car les bergerets toujours y mèneront
Boire bouvillons, agneaux et brebis,
Avant d'y dresser des traquets aux grives
Quand le vent d'est congèle les rameaux !

Les abrite ensuite une cabane ronde
Bâtie tout entière en pierre, a la façon
De l'heureux pays ou naît l'aurore
Au delà des rives ou la mer déborde !...

Des milliers de hautes maisons
Que l'homme a dressées contre les tempêtes,
Le château même, ô roi, que tu t'élèves,
Tombent. . . Cependant dure l 'humble abri !

Voyez aussi la glèbe ! Plantez-y l 'araire;
Le sol maigre bruit et verdoie,
Puis dès que jaillit l'ardent soleil,
La récolte sèche avant la véraison...

Mais les gens d'ici imitent la fleur
Qui se tourne sans cesse vers la lumière;
Ils ont bâti cabane et pierre-levée
Assez haut, en des lieux ruisselants de chaleur,

Pour voir, caressant l'espace brûlé
Que l'horizon encercle de lumière,
Clair tremblement du sourire du temps,
L'âme du Quercy dans la soleillée !