L'ÉCUELLE DE CAPDENAC


J'ai insisté pour que cet article, soit publié, d'une part à cause du symbolisme chrétien, dont l'écuelle constitue un précieux témoignage, et aussi pour l'éclairage qu'elle apporte sur la présence des Cathares à Capdenac.

Danielle PORTES
Historienne des religions
Paris IV-Sorbonne


écuelle retrouvée à Capdenac

C'est au début des années 1990, que fut retrouvée à l'occasion de travaux de réfection des rues de Capdenac le haut, une très jolie écuelle, qui porte en son fond en ornement, un poisson assez naïvement représenté. C'est mon frère Julien et moi-même qui somme à l'origine de cette belle découverte faite dans la rue de la commanderie, proche de notre boulangerie familiale. Nous conservâmes pendant longtemps ce fabuleux vestige à notre domicile, avant d'en faire don à l'Office du Tourisme, que le présente aujourd'hui dans son musée situé au premier étage du donjon de Capdenac. Ce vestige fascina pendant longtemps toute ma famille, et il est donc logique que je tente de faire connaître le résultat de mes recherches, ainsi que mes conclusions, qui ne sont peut être pas définitives.
Le poisson représenté au fond de cette écuelle nous ramène obligatoirement au symbolisme sacré. En effet, il fut le symbole utilisé par les premiers chrétiens, comme signe de reconnaissance durant la persécution que leur firent subir les Romains.

En grec, le mot poisson se dit IXOYC (ICHTHYS). Disposé verticalement, ce mot formait un acrostiche (mot grec signifiant la première lettre de chaque ligne ou paragraphe). Le nom grec du poisson fut donc utilisé pour désigner les mots suivants :

I : Iesous : Jésus
CH : Christos : Christ
TH : Theou : de dieu
Y : Yios : le fils
S : Soter : le sauveur

Interprété comme acrostiche, ICHTHYS signifiait donc littéralement : « Jésus Christ, fils de Dieu, notre Sauveur ». Le simple symbole d'un poisson, représentait ainsi un véritable résumé de la foi chrétienne. On le retrouve sur de nombreux monuments funéraires des IV premiers siècles de notre ère, comme dans les catacombes à Rome.
Les textes juifs, également annonçaient que le Messie viendrait de la mer sous la forme d'un poisson. La représentation des chrétiens, était donc la suite logique donnée aux écritures saintes.
C'est vers les IV-Vème siècles, que fut délaissé ce symbole. L'Eglise, qui possédait maintenant le pouvoir, préféra prendre comme nouveau symbole la « croix latine » comme signe et symbole de la chrétienté. L'Eglise fraîchement installée mena une lutte sans merci contre les anciennes croyances, la croix représentée la passion du Christ, c'était un objet unique, que le Messie lui-même avait transporté, alors que le poisson se rapportait aux forces naturelles, autorisant de multiples interprétations. De plus le poisson était utilisé comme symbole dans plusieurs religions antérieures au christianisme, en sanscrit, le dieu de l'amour se nommait « celui qui a le poisson pour symbole ». C'est donc l'Eglise elle-même qui préféra abandonner le symbole qui unifia pendant longtemps les premiers chrétiens, qui transportèrent leurs nouvelles idées au milieu de populations hostiles.
L'écuelle retrouvée à Capdenac date des environs des XII-XIIIème siècles, et à cette époque, un nouveau mouvement vit le jour, et se répandit particulièrement en Occitanie, dont Capdenac faisait partie, dépendant directement du comte de Toulouse. Les membres de ce mouvement, nous les appelons aujourd'hui Cathares. Leur façon de vivre et de pratiquer leur religion se rapprochait des premiers chrétiens, et se détachait de l'Eglise de leur temps, qu'ils disaient corrompus et avide de richesses et d'honneurs. Les Cathares furent persécutés comme les premiers chrétiens, mais eux le furent par d'autres chrétiens.
Ce symbole pourrait tout à fait avoir été remis au goût du jour par les cathares, ce symbole désignant les premiers chrétiens, les chrétiens purs, qui comme les Cathares, avaient abandonné toute possession de richesses matérielles. Les Cathares peuvent tout à fait être associés aux premiers chrétiens, et le symbole du poisson aussi.
René Nelli, répertoria les objets présumés remonter à l'époque Cathare. Ce rigoureux professeur Carcassonnais considéra comme probablement cathares les symboles religieux datés du XI-XII-XIIIème siècles et dont les exemplaires sont trouvés avec une fréquence notable sur les sites cathares.
Or déjà deux poissons furent inventoriés, un à Ussat, et un autre gravé sur un galet à Fontvieille dans le Gard. Ce même auteur nous signale que le scribe du rituel Cathare dit de Lyon fait souvent figurer au bas des pages, l'emblème du poisson.
L'écuelle de Capdenac pourrait donc s'avérer comme avoir appartenu à la communauté Cathare, ce qui en ferait une découverte assez exceptionnelle.
Il ne faut pas oublier que Simon de Montfort assiégea par deux fois la place de Capdenac durant sa croisade menée contre les hérétiques Cathares, et que Bertrand de la Vacalerie, qui ne fut rien d'autre que l'ingénieur en machine de guerre qui apporta son aide aux Cathares de Montségur, venait du lieu dit « la Vacalerie » de .Capdenac. A suivre.

Mathieu MARTY

Haut de la page


Quercy.net